Taux immobiliers : quelles tendances pour 2018 ?

Depuis six mois, les taux des prêts habitation restent sages après un début d’année en hausse légère. Stables et à un niveau encore très attractif, ils ont permis un allongement de la durée des crédits sans risque pour l’emprunteur et pour la banque prêteuse.

Des taux moins élévés que prévu en 2017

De fait, ils ont ainsi compensé plus ou moins fortement la hausse des prix de vente, phénomène qui s’est accéléré dans les grandes métropoles surtout depuis cet été. Et qui, d’après les différents acteurs du marché de l’immobilier en France, devrait se poursuivre. Pour Mathilde Lemoine, chef économiste du groupe Edmond de Rothschild, « après une hausse moyenne des prix des logements de 3 % en 2017, ils pourraient encore croître de 3 % en 2018 ». (source Les Echos).

Compte tenu des longs délais légaux qui jalonnent les étapes d’un achat immobilier, les futurs acquéreurs en recherche de leur résidence principale ne pourront pas bénéficier des taux actuels et doivent donc faire l’exercice de se projeter début 2018 et anticiper sur les conditions de crédit auxquelles ils pourront alors prétendre. Alors, hausse, baisse ou statu quo ?

Forte probabilité en faveur de la stabilité pour 2018

A ce jour, les déclarations du Président de la Banque Centrale Européenne (BCE) confirment que tout sera fait pour que les taux d’intérêt restent le plus longtemps possible à leurs niveaux actuels. Ce qui se traduirait par une hausse des taux très limitée, voire nulle. Les objectifs commerciaux élevés des banques plaident pour le maintien d’une politique de taux bas, au moins à court terme.

La situation resterait donc largement favorable aux acquéreurs d’autant que les plans de financement des acheteurs, maintiennent le marché immobilier dans une dynamique positive.
 

29 Nov 2017

Ils nous ont fait confiance