• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Soyez vigilants lors de l’achat sur plan de votre logement

22 Nov. 2018
Soyez vigilants lors de l’achat sur plan de votre logement
Suite à une vaste étude menée auprès de 746 personnes ayant acheté un logement sur plan, l'association UFC-Que Choisir constate trop de retards et de défauts lors de la livraison et regrette un cadre juridique trop conciliant pour les promoteurs.

La vente sur plan (VEFA) «est une bonne technique» mais «nous avons constaté le cadre extrêmement laxiste de la législation», a déclaré Alain Bazot, président de l'association. Ce mécanisme permet en effet de vendre un logement avant sa réalisation effective, en échange de garanties sur la date d'achèvement des travaux et l'absence de malfaçons. Mais le système actuel générerait trop de litiges avec des retards et des malfaçons. Trois points appellent une vigilance particulière de la part des acheteurs.

Des retards de livraison peu justifiés et onéreux

Première cause de conflits (citée dans 29% des cas), les retards de livraison des logements neufs sont particulièrement pointés du doigt par le rapport. D'une durée moyenne de 5,4 mois, ils ont des conséquences financières importantes pour les acquéreurs (4500 euros en moyenne), compte tenu des dépenses supplémentaires qu'ils engendrent : loyers supplémentaires, frais liés à un emprunt, pertes de loyers ou d'avantages fiscaux, garde-meuble, etc.

De plus, dans près d'un tiers des cas les promoteurs immobiliers ne prennent même pas la peine d'indiquer les raisons d'un report de livraison. Lorsque les raisons de retard sont indiquées, elles « résultent [du] manque de prévoyance » des professionnels, selon le rapport. « Cela se manifeste pour les deux motifs les plus fréquemment avancés : les intempéries (70%) et les défaillances d'entreprises intervenant sur le chantier (43%). Dans le premier cas, les événements climatiques correspondent trop souvent à des situations prévisibles qui devraient en toute logique être anticipées et intégrées dans les dates de livraison. Dans le second cas, la proportion de défaillances d'entreprises questionne la capacité et le sérieux des promoteurs quant à la sélection des entreprises en charge des travaux de construction », pointe l'UFC-Que choisir.

Seulement 20% de logements livrés sans réserve

Le deuxième constat porte sur l'achèvement des travaux, dans l'ensemble largement perfectible puisque 80% des logements seraient imparfaits à la livraison, contraignant les acheteurs à émettre des réserves (en moyenne 12 par logement). Si 90% des réserves concernent des problèmes de défaut d'apparence (fissures, sols tachés, problèmes de plinthes...), il y a dans 29% des cas des défauts de conformité (une fenêtre au lieu d'une porte-fenêtre, une baignoire au lieu d'une douche, des couleurs modifiées...) et même dans 16% des cas, des problèmes mettant en cause l'habitabilité (chaudière non fonctionnelle, absence de gaz ou d'électricité, garde-corps non posés).

-5% de m²

Et enfin, il faut savoir que si la surface d'un logement neuf s'écarte de moins de 5% de la surface «vendue» à l'acquéreur, ce dernier n'a droit légalement à aucune compensation financière. Compte tenu des prix du neuf au mètre carré, l'addition peut être très salée pour les acquéreurs : 8700 euros pour un studio en Île-de-France, ou encore 11700 euros pour un 3 pièces en province. Dans ce contexte, l'association demande au gouvernement d'établir un cadre législatif et réglementaire, sécurisé pour les acheteurs.