Rembourser un prêt par anticipation : une bonne affaire ?

La première concerne la durée du prêt restant. Si celle-ci est supérieure au nombre de mensualités déjà versées, le remboursement par anticipation est intéressant. Sinon, mieux vaut placer la manne imprévue et continuer à rembourser votre prêt normalement.

 

Deuxième point à étudier attentivement : le montant de la « pénalité » appliquée par l’organisme emprunteur. En général, elle représente 3% du capital restant dû, sans dépasser toutefois un maximum équivalent à 6 mois d’intérêt. Lors de la signature du prêt, cette indemnité peut être négociée à la baisse. Pour les prêts obtenus depuis le 1er juillet 1999, le remboursement peut même être exonéré de cette indemnité dans certains cas : vente du bien immobilier suite à un changement du lieu d’activité professionnelle, perte d’emploi ou décès. Elle sera dans tous les cas appliquée en cas de rachat du crédit par un organisme bancaire concurrent.

 

Le dernier point à étudier concerne votre situation patrimoniale et fiscale : jeune couple avec enfants en bas âge, senior investisseur ou célibataire avec des projets de dépenses importantes (voiture, voyages…) : les calculs seront bien différents.

 

N’hésitez pas à vous adresser à l’agence ACE la plus proche de chez vous afin d’étudier précisément votre situation avant de prendre votre décision !

12 Juil 2013

Ils nous ont fait confiance