Qui va acheter en 2018 ?

2017 restera dans les annales comme une année record : nombre de transactions réalisées, superficie achetée, montant moyen investi par les Français lors de leur acquisition de logement, tous les indicateurs ont été largement au-dessus des moyennes constatées les années précédentes. La preuve, s’il y en avait encore besoin, du réel dynamisme du marché immobilier.
Qui ont été les acheteurs 2017 ? Quels profils ? Et surtout qui achètera en 2018 ?

La stabilité des taux favorise les achats

Selon le site d’annonces MeilleursAgents.com dans son bilan 2017, le premier semestre n’a pas généré de nouveaux acheteurs mais a accéléré les transactions de ceux qui étaient déjà sur le marché. Les acheteurs se sont même dépêchés d’acheter pour ne pas subir la hausse des taux qui s’amorçait durant cette période. Au second semestre, les taux ont été ramenés autour de 1,70% sur 20 ans et ont même continué à baisser se stabilisant autour de 1,40% sur 15 ans en ce début 2018 (hors assurance, source acecredit.fr).

En retrouvant leur niveau précédent et une certaine stabilité, les taux ont tempéré le sentiment d’urgence et ramené l’activité à un niveau certes élevé mais plus raisonnable. Du coup, après la trêve estivale et depuis la rentrée de septembre, les acheteurs ont semblé prendre leur temps. Confiants dans la stabilité des taux, ils ont étudié le marché, armés des informations disponibles sur ses tendances et l’évolution sensible mais limitée des prix. Ce comportement semble se poursuivre depuis le début janvier.

Des profils et des besoins différents

Toujours selon MeilleursAgents.com, les acheteurs se répartissent en 2017 de la façon suivante :

  • 32% sont des primo accédants, amenés dans les prochaines années à remettre leur bien sur le marché pour en acheter un plus grand. En entrant sur le marché, ces primo accédants préfigurent la dynamique future du marché d’ici 5 à 8 ans.
  • 40% ont revendu un bien pour en acheter un autre. C’est typiquement le cas des secondo accédants qui ont su tirer parti de l’exceptionnelle attractivité des taux. En revendant leur bien à la hausse, ils ont pu accéder à de nouveaux logements plus grands.
  • 16% sont des investisseurs locatifs privés : malgré l’encadrement des loyers à Paris et à Lille, malgré les incertitudes fiscales, malgré des rendements faibles et hypothétiques, malgré tout…les particuliers restent attachés à la pierre comme valeur sûre à long terme, permettant ainsi la mise à disposition de logements rénovés et décents à la population qui ne peut pas (encore) acheter ou ne bénéficie pas du logement social.
  • 12% sont des acheteurs de résidences secondaires, un chiffre étonnant qui prouve encore que les Français restent attachés à la pierre et que ce marché est loin d’être négligeable.
 
L’année 2018 devrait voir se poursuivre sur cette même lancée avec une certaine stabilité des taux et une activité immobilière à un niveau élevé. Mais également, et c’est une nouveauté, on note une arrivée progressive de nouveaux acheteurs :expatriés, étrangers, chômeurs de retour à l’emploi.
18 Jan 2018

Ils nous ont fait confiance