Quand les maisons s’habillent de lumière…

Du nord au sud, ça y est, la courte (mais intense) saison des décorations de Noël est lancée !

La nuit, qui tombe toujours plutôt jusqu’au 21 décembre, offre de multiples possibilités d’éclairage : guirlandes d’une blancheur immaculée enroulées dans les arbres, laser rouge et vert tourbillonnant sur la facade et figurines d’hiver de toutes tailles mises en scène. Révélant une véritable tendance dopée par l’arrivée des LED, les illuminations colorées extérieures de Noël sont sorties des centres villes et des vitrines traditionnelles pour s’inviter chez les particuliers de plus en plus tentés de décorer leurs jardins ou balcons.

Grands fans des Pères Noël lumineux et autres bonhommes de neige clignotants, les Américains ont depuis longtemps une vraie longueur d’avance pour toutes ces décorations élégamment féériques ou délicieusement kitch selon les goûts des propriétaires. Maus dans notre pays qui adore réglementer à tout va, n’y a-t-il pas justement quelques règles à respecter en matière d’illuminations extérieures avant de transformer son logis en palais d’hiver pour fées électriques ?

Au libre arbitre de chacun

Eh bien non ou presque ! «Dans l’habitat individuel, chacun peut décorer son logement à son goût, sauf mention contraire dans le règlement de votre lotissement, indique David Rodrigues, juriste auprès de la CLCV (Confédération du logement et du cadre de vie) et interrogé par le Figaro Immobilier. En revanche, en appartement, on ne peut pas accrocher de Père Noël ou de traîneau à son balcon, car, théoriquement, cela peut être assimilé à une modification de façade. Pour autant, je n’ai jamais rencontré ce cas: c’est aussi la trêve des confiseurs pour le règlement de copropriété!».

Ne pas affoler son compteur électrique

La simple courtoisie recommande de prévenir ses voisins et surtout d’éteindre les décorations un partie de la nuit pour ne pas les déranger. Ce qui permettra également de faire quelques économies. Car la facture peut monter vite. En restant allumées quatre heures par jour pendant trente jours, ces décorations lumineuses peuvent consommer l’équivalent d’un mois et demi d’éclairage du logement.

A moins de préférer l’option retenue par Christophe Delforge dans le Nord, à Aubigny-au-Bac. Chaque année, pas moins de 40.000 ampoules ornent sa «maison du père Noël». L’endroit est devenu une attraction locale depuis quelques années et les bénéfices générés par les visiteurs sont reversés à une association.

14 Déc 2017

Ils nous ont fait confiance