Nouvelle année record pour le PTZ avant l’édition 2018, légèrement recentrée

Vendre avant d'acheter est conseillé en 2021

L’année 2016 avait déjà été une année faste pour le dispositif PZT avec près de 115.000 opérations financées, soit le double des réalisations 2015. L’année 2017 n’est pas encore tout à fait terminée mais il est d’ores et déjà certain qu’un nouveau record sera atteint. Le PTZ, heureusement reconduit en 2018, tient vraiment sa promesse d’aide à l’acquisition immobilière. Il est devenu indispensable au montage financier des jeunes primo accédants.

Recentrer le dispositif sur les zones tendues

Selon une étude du Crédit Foncier, 114.943 achats immobiliers (neufs et anciens) ont intégré dans leur plan de financement le PTZ, qui permet de financer jusqu’à 40% de l’achat d’un bien immobilier. Le montant moyen en 2016 s’élève à 64 395 euros, soit une forte progression (+71%) par rapport à 2015.

Jouant alors pleinement son rôle d’aide au logement, ce dispositif est tout naturellement plébiscité par les jeunes acheteurs et les ménages modestes à qui il permet d’emprunter sans intérêt jusqu’à 138 000 euros. Le profil type de l’emprunteur bénéficiaire du PTZ parle de lui-même : un jeune couple d’en moyenne 34 ans avec moins de 30.000 euros de revenus par an.

Devant le succès rencontré, il paraissait donc logique de le prolonger en 2018. Mais c’est sans compter la volonté du gouvernement de prolonger le PTZ, mais de manière plus ciblée, uniquement dans les zones tendues : les grandes métropoles essentiellement, en excluant de fait les zones périurbaines et rurales où pourtant 60% de PTZ dans l’immobilier neuf étaient distribués.

Le retour du PTZ jusqu’en 2020 dans les zones B2 et C

Face aux protestations des professionnels de l’immobilier et des maires ruraux, les députés ont ainsi voté le 9 novembre dernier en commission le maintien du  prêt à taux zéro  dans le neuf pendant deux ans supplémentaires (2018 et 2019) pour les communes en zone périurbaine (‘B2’) et rurale (‘C’). Dans ces deux zones, il sera par contre limité à 20 % du montant de l’achat, contre 40 % actuellement (jusqu’au 31 décembre 2017). Le PTZ est reconduit pour 4 ans à l’identique dans les zones dites tendues (‘A’ et ‘B1′), c’est-à-dire là où l’offre de logements est inférieure à la demande, pour des acquisitions dans le neuf et l’ancien. Donc, futurs acheteurs, attention ! A partir de 2020, le prêt à taux zéro destiné à l’achat d’un logement neuf ne sera possible que dans les zones A et B1 uniquement.
Rien ne change en revanche sur les modalités d’obtention de ce prêt : le PTZ ne pourra être accordé que s’il vient en complément d’un prêt bancaire et sous conditions de ressources annuelles qui varient selon la zone et la composition du foyer.
 

23 Nov 2017

Ils nous ont fait confiance