Moins de crédits immobiliers en 2018 ?

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA qui vient de publier ses dernières analyses sur l’état du crédit immobilier en 2017, la demande des particuliers tend à s’essouffler.

Hausse trompeuse

La production de crédits au cours de l’année 2017 a pourtant bel et bien encore augmenté de 4,2 % en un an. Mais on évoque ici la valeur du montant du crédit par opération. En termes de volume, le nombre de prêts bancaires accordés en 2017 a très légèrement reculé (-0,8 %) sur un an et affiche même une baisse de 13% au quatrième trimestre 2017, par rapport à la même période de l’année dernière.

« Dès avril la demande a présenté des signes d’essoufflement qui se sont confirmés au cours du printemps (…), et ne s’est que modérément ressaisie en septembre, pour s’affaiblir en octobre », explique l’observatoire dans un communiqué.

L’impact du prix de vente

Raison principale de ce recul, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA : l’évolution à la hausse des prix de l’immobilier. A la fin de l’année dernière, cette hausse a ainsi réduit la capacité des ménages à acheter dans près de la moitié des 34 villes françaises de plus de 100.000 habitants étudiées
L’augmentation des prix, constatée essentiellement dans les grandes métropoles et parfois de façon spectaculaire comme à Bordeaux, Paris et Lyon, a donc pesé sur le pouvoir d’achat des Français.

Taux de crédit inférieur à 2%

A des niveaux exceptionnellement bastoujours aussi favorables aux acquéreurs, les taux d’intérêt moyens ont arrêté de progresser dès le deuxième semestre 2017 pour finir par atteindre 1,51% en décembre dernier. Ils retrouvent ainsi leur niveau de la fin de l’hiver dernier, après être restés à peu près stables entre avril et novembre.

Mais la tendance reste clairement au statu quo pour le moment (taux moyen en janvier 2018 de 1.40% sur 15 ans – hors assurance, source acecredit.fr). Les taux devraient rester inférieurs à 2%, voire même ne pas dépasser 1,65 % en fin d’année prochaine, selon les estimations de l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Dans le contexte 2017, tous les ménages, même modestes, moyennant un emprunt sur des durées très longues, ont pu jusqu’ici réaliser leur projet d’acquisition, notamment les plus jeunes. Près de 36 % des accédants de moins de 35 ans ont pu en effet bénéficier d’un prêt de 25 ans et plus alors que cette part n’était que de 20 % environ au début de 2014. 

25 Jan 2018

Ils nous ont fait confiance