Logement : priorité aux jeunes et aux primo accédants

Les prix immobiliers augmentent au quartier Croix Rousse
Il était attendu avec impatience depuis la fin des élections présentielle et législative. Le plan Logement dévoilé par le gouvernement la semaine dernière a enfin répondu en partie aux interrogations concernant notamment les aides de l’Etat lors de l’achat de sa résidence principale.

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, et Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires ont pour objectif de « construire plus, mieux et moins cher ». Tout savoir sur l’essentiel de la « Stratégie Logement » disponible sur le site cohesion-territoires.gouv.fr. Les jeunes et les primo accédants n’ont pas été oubliés.

PTZ et Pinel reconduits, mais attention !

La loi PINEL, dispositif fiscal d’encouragement à l’investissement immobilier locatif prolongé jusqu’au 31 décembre 2017, a été reconduite pour quatre ans de même que le prêt à taux zéro (PTZ), largement utilisé par les jeunes primo accédants pour financer l’acquisition ou la construction de leur résidence principale, dans le neuf et dans l’ancien avec travaux.

A compter du 1er janvier 2018, le PTZ sera prorogé à l’identique uniquement dans les zones A, A bis et B1, soit les grandes villes et leur banlieue. Les potentiels acquéreurs de maisons individuelles ainsi que les constructeurs de maisons individuelles, très présents dans les communes rurales (dites en zone C), ne pourront plus prétendre à ce financement. Il leur faut prendre très vite une décision pour que le PTZ soit débloqué avant la fin de l’année !

Nouveau : le bail mobilité

Ce nouveau contrat de location de courte durée vise à faciliter l’accès au logement des jeunes, des actifs et des salariés en CDD pour qui l’accès au logement s’apparente parfois à un parcours du combattant. ». D’une durée de 1 à 10 mois non renouvelable, ce bail ne donnera pas lieu au versement d’un dépôt de garantie, soit une économie pour le locataire de un ou deux mois de loyer. Une caution familiale ou bancaire ne sera plus nécessaire : Action Logement (ex 1%-Logement) se portera garant pour couvrir les impayés et les remises en état des lieux. «L’État participera à ce mécanisme dès lors qu’il s’agira d’un étudiant», précise Julien Denormandie.

Déjà actée, la suppression de la taxe d’habitation

Ce fut le feuilleton de l’été mais la suppression de cette taxe a bien été entérinée. Cet impôt local actuellement payé par les locataires et les propriétaires sera abrogé progressivement sur trois ans. Pour en bénéficier, il faudrait que le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 20 000 euros par an et par part (40 000 € pour un couple, 60 000 € pour un couple avec deux enfants). De quoi booster le plan de financement des futurs acquéreurs !

28 Sep 2017

Ils nous ont fait confiance