Crédit immobilier : les seniors souhaitent aussi financer leurs projets

A 50 ans, 60 ans et même plus, les seniors d’aujourd’hui continuent à avoir une vie professionnelle et sociale très active et n’hésitent plus à se projeter dans des projets immobiliers de toute nature : logement pour famille recomposée, résidence secondaire, logement pour ses enfants étudiants ou jeunes actifs, investissement locatif pour complément de retraite ou constitution de patrimoine.

Comme n’importe quel emprunteur, ils vont alors se tourner vers les banques pour obtenir le financement de leur acquisition. Bonne nouvelle : les banques accordent beaucoup plus facilement des prêts aux seniors pour peu que ceux-ci privilégient un prêt à durée courte (15 ans).

Un dossier bien préparé et un apport personnel

D’un point de vue strictement juridique, il n’existe aucune limite d’âge pour emprunter. Et la clientèle senior est appréciée pour son sérieux, sa fiabilité et la stabilité de sa gestion financière. Elle dispose aussi très souvent de produits d’épargne et d’un apport personnel conséquent, construit au fil des ans permettant de limiter d’autant la durée du prêt et le montant à emprunter afin de finaliser son projet.

Actuellement, il vaut mieux d’ailleurs s’endetter en profitant du niveau encore très bas des taux d’intérêts des crédits immobiliers, plutôt que de mobiliser une épargne déjà judicieusement placée à des taux de rémunération supérieurs.

Anticiper sa baisse de revenus et trouver une assurance emprunteur

Attention, le passage en retraite peut venir déséquilibrer les revenus. Avec un revenu en baisse, la capacité d’emprunt se trouve également diminuée. Mais il est facile d’estimer le revenu qui sera perçu suite à la liquidation de la retraite. A partir d’une simulation chiffrée réaliste, établir un plan de financement qui vise à rassurer un banquier devient plus aisé, surtout si le contrat de prêt propose une modulation permettant d’adapter votre mensualité.

Emprunter jusqu’à soixante-cinq ans ne pose pas de difficultés particulières en matière d’assurance emprunteur. La plupart des établissements financiers proposent des assurances groupe négociées avec des organismes spécialisés. Dans ce cas, tous les clients paient une assurance identique. C’est le principe de la mutualisation du risque, plutôt favorable en général aux seniors.

Passé cet âge, la situation personnelle en matière de santé  peut évoluer rapidement de manière significative. C’est là une véritable inconnue, et donc un risque majeur pour les banques et les assureurs. Les primes d’assurance décès-invalidité deviennent alors plus importantes. Rien n’empêche, et c’est même conseillé, de s’adresser à un courtier en assurance et de faire jouer la concurrence via la délégation d’assurance.
 

26 Sep 2017

Ils nous ont fait confiance