• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Immobilier : que va-t-il se passer en 2019 ?

11 Janv. 2019
Immobilier : que va-t-il se passer en 2019 ?
Selon les données recueillies par le baromètre LPI-SeLoger, le marché immobilier 2018 s'est caractérisé par une hausse des prix mais un niveau de transactions plus faible. Sur quelles projections et prévisions peut-on tabler pour 2019 ?

L'année 2018 a marqué la fin de la tendance haussière des prix des logements anciens depuis 2015 (+ 0,3 % en 2015 puis + 2,9 % en 2016 et + 4,4 % en 2017). Les prix dans l'immobilier se sont limités à un « petit » 3,5 %.

Prix en hausse, volume de ventes en baisse pour 2018

Plusieurs facteurs ont affaibli la demande en logements et par voie de conséquence, les prix : la suppression de la plupart des aides à l'accession à la propriété, une certaine dégradation du moral des ménages et des niveaux de prix de vente trop loin de la solvabilité des acheteurs.

C'est le constat sans appel fait par Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, « Il y a un an, à la même époque, nous sortions de trois années d'une hausse ininterrompue des prix. À fin 2018, nous sommes, au contraire, sur l'observation d'une année de ralentissement du prix de l'immobilier (…) Mais en présence d'une demande morose et d'un pouvoir d'achat malmené, on ne pouvait pas s'attendre à autre chose qu'à un ralentissement des prix immobiliers ». Et ce, en dépit des conditions de crédit exceptionnelles et d'un assouplissement des exigences des banques en termes d'apports personnels. « Le recul du marché de l'ancien avoisine les 6 % » précise Michel Mouillart, alors qu'en 2017, c'est une hausse de 2,4 % qu'il avait enregistré.

2019 annonce un marché plus mature

Pour lui, cette tendance devrait vraisemblablement se poursuivre au cours de l'année qui s'annonce : « Alors qu'à fin 2018, la hausse annuelle de prix des logements anciens atteindra 3,7 %, à fin 2019, la hausse devrait se limiter à 2,5 %. Ce ralentissement des prix que l'on constate dans la moitié des villes va également se renforcer. ».

« Le marché semble atteindre un plafond de verre », estime Laurent Vimont, président du réseau immobilier Century 21, qui anticipe un tassement de l'évolution des prix en 2019 et un plafonnement des volumes autour de 960.000 à 975.000 ventes annuelles.

Yann Jéhanno, Président de l'enseigne Laforêt France, mise sur une année 2019 « très rassurante, avec un marché qui semble s'autoréguler, des prix dont la progression se calme, des délais de vente qui se détendent, ainsi que des marges de négociation qui remontent légèrement. Autant de signes annonciateurs d'un marché qui n'est pas en rupture, mais au contraire plutôt mature ». Il s'attend néanmoins à ce que « la mise en oeuvre du prélèvement à la source, à compter du 1er janvier 2019, [puisse] déstabiliser nos concitoyens, […] et entraîner un certain attentisme parmi les acquéreurs. ». Portée par le faible niveau des taux d'intérêts et par l'appétence des Français pour la pierre, l'année 2019 devrait rester dynamique.

Franck LEVY
Directeur Général

Frank Levy, juriste de formation, titulaire d'un DEA de droit du travail (La Sorbonne) débute sa carrière dans la sphère immobilière et devient rapidement directeur d’agence immobilière. Par la suite, il participe au lancement de la franchise d’agence immobilière Guy Hoquet. En 1995, une rencontre décisive avec Joël Boumendil va le convaincre de participer à la création d’acecredit en tant que conseiller financier en crédit immobilier au sein de l'agence de Levallois-Perret. Dès 2001, il nommé directeur commercial pour accompagner le développement rapide du groupe acecredit.fr. En charge du recrutement, de la formation et de l'animation des équipes commerciales présentes en agences, il participe en 2008 à la mise en place de la franchise, nouveau relais de croissance d’acecredit, avec la volonté absolue de privilégier avant tout la qualité de la relation client sur l’aspect purement technique du crédit immobilier et de l’assurance emprunteur. Depuis 2014, il est Directeur Général du groupe acecredit pour prendre en charge et structurer l’ensemble des activités. L’entrée dans le capital de l’investisseur Edmond de Rothschild Investment Partner va lui permettre d’accélérer le maillage de l'enseigne en France, tant à travers des succursales que des franchises.

Ses compétences et son savoir-faire professionnel, sa grande expérience du terrain le positionnent aujourd’hui comme un auteur de référence au sujet du crédit immobilier en France et du management de réseau. Il est convaincu que la création d’une relation humaine solide, basée sur le professionnalisme et la confiance entre le courtier, le banquier et les clients d’acecredit est la pièce maîtresse dans le dispositif d’obtention de crédit immobilier et le gage d’un partenariat gagnant-gagnant sur le long terme. Pour lui, plus que la recherche du crédit immobilier le moins cher pour lui même, c’est l’écoute, la confiance et l’accompagnement des clients jusqu’à la signature chez le notaire qui vont faire toute la différence.