Immobilier : que va-t-il se passer en 2019 ?

Selon les données recueillies par le baromètre LPI-SeLoger, le marché immobilier 2018 s’est caractérisé par une hausse des prix mais un niveau de transactions plus faible. Sur quelles projections et prévisions peut-on tabler pour 2019 ?

L’année 2018 a marqué la fin de la tendance haussière des prix des logements anciens depuis 2015 (+ 0,3 % en 2015 puis + 2,9 % en 2016 et + 4,4 % en 2017). Les prix dans l’immobilier se sont limités à un « petit » 3,5 %.

Prix en hausse, volume de ventes en baisse pour 2018

Plusieurs facteurs ont affaibli la demande en logements et par voie de conséquence, les prix : la suppression de la plupart des aides à l’accession à la propriété, une certaine dégradation du moral des ménages et des niveaux de prix de vente trop loin de la solvabilité des acheteurs.

C’est le constat sans appel fait par Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, « Il y a un an, à la même époque, nous sortions de trois années d’une hausse ininterrompue des prix. À fin 2018, nous sommes, au contraire, sur l’observation d’une année de ralentissement du prix de l’immobilier (…) Mais en présence d’une demande morose et d’un pouvoir d’achat malmené, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose qu’à un ralentissement des prix immobiliers ». Et ce, en dépit des conditions de crédit exceptionnelles et d’un assouplissement des exigences des banques en termes d’apports personnels. « Le recul du marché de l’ancien avoisine les 6 % » précise Michel Mouillart, alors qu’en 2017, c’est une hausse de 2,4 % qu’il avait enregistré.

2019 annonce un marché plus mature

Pour lui, cette tendance devrait vraisemblablement se poursuivre au cours de l’année qui s’annonce : « Alors qu’à fin 2018, la hausse annuelle de prix des logements anciens atteindra 3,7 %, à fin 2019, la hausse devrait se limiter à 2,5 %. Ce ralentissement des prix que l’on constate dans la moitié des villes va également se renforcer. ».

« Le marché semble atteindre un plafond de verre », estime Laurent Vimont, président du réseau immobilier Century 21, qui anticipe un tassement de l’évolution des prix en 2019 et un plafonnement des volumes autour de 960.000 à 975.000 ventes annuelles.

Yann Jéhanno, Président de l’enseigne Laforêt France, mise sur une année 2019 « très rassurante, avec un marché qui semble s’autoréguler, des prix dont la progression se calme, des délais de vente qui se détendent, ainsi que des marges de négociation qui remontent légèrement. Autant de signes annonciateurs d’un marché qui n’est pas en rupture, mais au contraire plutôt mature ». Il s’attend néanmoins à ce que « la mise en oeuvre du prélèvement à la source, à compter du 1er janvier 2019, [puisse] déstabiliser nos concitoyens, […] et entraîner un certain attentisme parmi les acquéreurs. ». Portée par le faible niveau des taux d’intérêts et par l’appétence des Français pour la pierre, l’année 2019 devrait rester dynamique.

11 Jan 2019

Ils nous ont fait confiance