• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Faut-il renégocier son crédit avant cet été ?

16 Mai 2019
Faut-il renégocier son crédit avant cet été ?
Des taux de crédit au plus bas, des banques en forte concurrence, la suppression récente de l'obligation de domicilier ses revenus… La période pré-estivale se prête parfaitement à des renégociations ou rachats de crédit immobilier.

Un contexte favorable

En avril, comme en mars, les taux ont baissé pour atteindre en moyenne 1,30 % sur 15 ans, 1,50 % sur 20 ans et 1,70 % sur 25 ans (hors assurance), selon les données de l'observatoire CSA / Crédit Logement. Aujourd'hui emprunter sur 25 ans coûte moins cher qu'il ne l'était sur 15 ans fin 2015. Un très bon profil peut même obtenir 1% sur 20 ans (hors assurance, source acecredit.fr). Largement de quoi tenter les emprunteurs, qui n'ont pas encore renégocié leur emprunt, à se lancer maintenant pour réaliser de belles économies. Et c'est effectivement ce qui se passe : la Banque de France a constaté qu'en février, les renégociations représentaient 18,3 % des nouveaux crédits, contre 14,6 % en décembre 2018. On est toutefois encore loin des 60% enregistrés en février 2017.

Bénéfices financiers attendus

Cette opération en vaut la chandelle, car elle permet d'alléger la mensualité ou de raccourcir la durée du crédit, voire les deux. A choisir, il vaudrait mieux d'ailleurs diminuer la durée restante de son prêt, plutôt que la mensualité afin de maximiser l'économie. Par exemple, pour un crédit de 200 000 € souscrit sur 20 ans en janvier 2014 à 3,35 % hors assurance et renégocié aujourd'hui à 1,10 % sur 15 ans, la renégociation permet d'économiser 129 € de mensualité, soit au total 22 822 €. Toute renégociation génère de substantielles économies en raison d'une réduction du coût total de l'opération.

Ces économies offrent ainsi la possibilité à ceux qui voudraient faire un second achat immobilier, de dégager une capacité mensuelle de remboursement supplémentaire et donc d'acheter sans trop alourdir leurs mensualités. Enfin, la remise à plat de l'assurance-emprunteur pour le nouveau crédit négocié est elle aussi un gisement d'économies, si l'état de santé de l'emprunteur ne s'est pas dégradé.

Pour qui ?

Faire racheter son crédit génère des frais. Ce n'est donc pas une opération financière à généraliser à tout détenteur de prêt immobilier. Il faut généralement payer les indemnités de remboursement anticipé (IRA) égales à 3 % du capital restant dû dans la limite de 6 mois d'intérêts, s'acquitter des dépenses liées à une nouvelle prise de garantie (caution, hypothèque) et débourser d'éventuels frais de dossier et /ou de courtage en cas de recours à un courtier.

Idéalement, pour couvrir les frais, il faut un écart de taux minimum de 0,8 à 1 point (obtenir 1% au lieu de conserver 2%), un montant à rembourser de 70 000 € au moins et être encore dans le premier tiers de la durée de remboursement de son crédit (entre 5 et 7 ans). En effet, c'est en début de prêt que l'on rembourse le plus d'intérêts. Renégocier son crédit quand les intérêts ne représentent plus que 15 à 20% des mensualités ne rapporte quasiment rien.

Dans la quête d'un taux meilleur marché, mieux vaut commencer par solliciter son banquier. Rien ne l'oblige à répondre favorablement. Pour obtenir des taux vraiment intéressants dans sa banque, il faut généralement s'engager davantage encore : prendre des assurances chez elle, souscrire un contrat d'assurance-vie ou ouvrir un PEL. Mais une baisse conséquente ne sera obtenue que lors d'un changement d'établissement bancaire. L'alternative consiste donc à quitter sa banque et à faire jouer la concurrence avec l'aide d'un courtier. Le printemps est traditionnellement la période où les banques tentent d'attirer de nouveaux clients, notamment des primo-accédants, ou ceux qui vont déménager à la rentrée. Et tous ceux qui souhaitent profiter d'un meilleur taux.

Alexandre Lefrançois
Directeur de l'animation du réseau franchisé
Alexandre LEFRANCOIS , a toujours évolué dans l'univers de la finance et du crédit immobilier (HSBC,UCB et GE MONEY BANK en tant que responsable de secteur sur le Val d'Oise). 2014, il décide de rejoindre le Groupe ACECREDIT d'abord comme Animateur de réseau puis aujourd'hui en tant que Directeur de l'animation du réseau franchisé afin de piloter son expansion et la croissance du chiffre d'affaires.