• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

En 20 ans, quelle a été la tendance des prix de l'immobilier ?

02 Mars 2018
En 20 ans, quelle a été la tendance des prix de l'immobilier ?
Taux de crédit immobilier historiquement très bas, élargissement des conditions d'octroi du Prêt à Taux Zéro et succès de la loi Pinel pour les investisseurs dans le neuf, autant d'éléments qui ont expliqué le dynamisme du marché immobilier en 2016 (+6% des ventes de logements anciens). D'après l'indice Notaires-Insee, sur l'ensemble du territoire, les prix des logements anciens ont augmenté modérément de 1,5% entre 2015 et 2016.

Mais, sur une période de 20 ans, quelle est la véritable hausse des prix ? Pour la première fois, les notaires viennent de publier une enquête de fond sur l'évolution des prix immobiliers enregistrés entre 1997 et 2016 pour les maisons et appartements anciens dans les principales grandes villes françaises de province.

Globalement, sur la période 1997-2016, les prix suivent la même tendance sur les marchés du collectif et de l'individuel dans les 17 métropoles régionales faisant partie de l'étude. Pour les appartements anciens, c'est à Bordeaux (+248%), Lyon (+203%) et Toulouse (+198%) que les prix ont le plus augmenté. On trouve, en queue de peloton, les villes de Brest (+92%), Dijon (+88%) et Orléans (+86%). Pour les maisons anciennes, le classement reste absolument identique : ce sont les mêmes villes qui occupent la première place (Bordeaux avec une hausse de 215%) et la dernière (Orléans, +87%) du classement.

Cinq grandes phases identifiées entre 1997 et 2016

Globalement, si on prend le marché immobilier des 17 plus grandes métropoles de province confondues, les prix des appartements et des maisons suivent la même tendance depuis 20 ans. Et on peut distinguer 5 grandes phases d'évolution :
-       1997-2005 : hausse des prix, phase d'accélération jusqu'au pic atteint en 2005 à +18 % sur les appartements anciens.
-       2006-07 : hausse des prix, phase de décélération.
-       2008-09 : crise des subprimes, avec des prix qui diminuent jusqu'à 8 % pour les maisons, 7 % pour les appartements.
-       2010-11 : reprise de la hausse des prix, autour de 5 %.
-       2012-15 : légère baisse des prix.
-       2016 : les prix sont stables sur le collectif et en légère hausse sur l'individuel. 
(Source : Notaires de France, base de données Perval).

Mention spéciale pour Bordeaux

En vingt ans, la métropole de Bordeaux a effectué une époustouflante remontée de 12 places, passant de la 14ème à 2ème position dans la catégorie des villes les plus chères pour les appartements anciens, tout en réalisant un score également remarquable pour les maisons avec un gain de 9 places (de la 12ème à la 3ème position).

«C'est la seule métropole qui a vu ses prix tripler sur les deux marchés en 20 ans», font remarquer les notaires. Autrefois réputée pour être une belle endormie, la préfecture de Gironde profite désormais à plein de l'effet d'aubaine généré par la construction d'une ligne TGV qui réduit le temps de déplacement entre Bordeaux et Paris (2h05 contre 3h14 jusque-là). Un pareil effet a été mesuré pour Rennes dans une moindre mesure cependant, puisque le prix des maisons anciennes n'a progressé que de 83% entre 1997 et 2016.
 
Les métropoles de province les plus chères aujourd'hui 
-       Appartements :
1 : Nice Côte d'Azur,
2 : Bordeaux,
3 : Lyon,
4 : Nantes,
5 : Montpellier Méditerranée,
6 : Rennes,
7 : Strasbourg,
8 : Lille,
9 : Aix-Marseille-Provence,
10 : Tours,
11 : Grenoble-Alpes,
12 : Rouen Normandie,
13 : Orléans,
14 : Dijon,
15 : Brest,
16 : Toulouse,
17 : Grand Nancy

-       Maisons anciennes :
1 : Nice Côte d'Azur,
2 : Montpellier Méditerranée,
3 : Bordeaux,
4 : Aix-Marseille-Provence,
5 : Lyon,
6 : Nantes,
7 : Grenoble-Alpes,
8 : Toulouse, 
9 : Lille,
10 : Strasbourg,
11 : Dijon,
12 : Tours,
13 : Orléans,
14 : Rennes,
15 : Rouen Normandie,
16 : Grand Nancy,
17 : Brest

 

Franck LEVY
Directeur Général

Frank Levy, juriste de formation, titulaire d'un DEA de droit du travail (La Sorbonne) débute sa carrière dans la sphère immobilière et devient rapidement directeur d’agence immobilière. Par la suite, il participe au lancement de la franchise d’agence immobilière Guy Hoquet. En 1995, une rencontre décisive avec Joël Boumendil va le convaincre de participer à la création d’acecredit en tant que conseiller financier en crédit immobilier au sein de l'agence de Levallois-Perret. Dès 2001, il nommé directeur commercial pour accompagner le développement rapide du groupe acecredit.fr. En charge du recrutement, de la formation et de l'animation des équipes commerciales présentes en agences, il participe en 2008 à la mise en place de la franchise, nouveau relais de croissance d’acecredit, avec la volonté absolue de privilégier avant tout la qualité de la relation client sur l’aspect purement technique du crédit immobilier et de l’assurance emprunteur. Depuis 2014, il est Directeur Général du groupe acecredit pour prendre en charge et structurer l’ensemble des activités. L’entrée dans le capital de l’investisseur Edmond de Rothschild Investment Partner va lui permettre d’accélérer le maillage de l'enseigne en France, tant à travers des succursales que des franchises.

Ses compétences et son savoir-faire professionnel, sa grande expérience du terrain le positionnent aujourd’hui comme un auteur de référence au sujet du crédit immobilier en France et du management de réseau. Il est convaincu que la création d’une relation humaine solide, basée sur le professionnalisme et la confiance entre le courtier, le banquier et les clients d’acecredit est la pièce maîtresse dans le dispositif d’obtention de crédit immobilier et le gage d’un partenariat gagnant-gagnant sur le long terme. Pour lui, plus que la recherche du crédit immobilier le moins cher pour lui même, c’est l’écoute, la confiance et l’accompagnement des clients jusqu’à la signature chez le notaire qui vont faire toute la différence.