Home sweet home, vraiment ?

Chaque année depuis 1974, l’Association QUALITEL mesure via son Baromètre la qualité du logement telle qu’elle est perçue par les Français.

Avec une note moyenne de 6.7/10 pour l’année 2017, cette perception est plutôt bonne même s’il existe encore des pistes d’améliorations de l’habitat, notamment par des travaux de rénovation énergétique qui peuvent être éligibles au crédit d’impôt CITE ou un éco PTZ.

C’est presque un cliché mais pour être satisfait de la qualité de son logement, mieux vaut être propriétaire (7,2/10 vs 5,9 pour les locataires), habiter en maison (7/10 vs 6,2 en appartement), et si possible à la campagne (7,1/10 en zone rurale vs 6,2 à Paris intra-muros). 

Quatre critères affectent tout particulièrement la qualité de vie à la maison. On les retrouve surtout en appartement et en ville : la mauvaise isolation thermique, une consommation énergétique excessive, l’isolation acoustique déficiente, la mauvaise qualité des matériaux de construction et la mauvaise aération. Autant de points à surveiller lors de l’achat de sa résidence principale.

N°1 : l’inconfort thermique 

La moitié des Français (47%) déclare avoir parfois ou souvent trop froid en hiver, la même proportion dit avoir trop chaud en été. Ceux qui vivent en appartement sont particulièrement affectés (41 % d’insatisfaction vs 26 % en maison). Le revenu semble être un critère différenciant sur le sujet : 57% des foyers ayant les plus faibles revenus, soit moins de 1.250 euros nets mensuels, affirment avoir parfois ou souvent froid dans leur logement, alors que ce chiffre tombe à 39% pour les foyers où le revenu mensuel net dépasse 3.000 euros. Les ménages à faibles revenus maintiennent plus volontiers une température basse, moins de 18°C, chez eux.

N°2 : la consommation énergétique 

1/3 des Français se disent insatisfaits de la consommation énergétique de leur logement. Le chauffage individuel électrique, qui est pourtant le plus utilisé (34 % de la population), est aussi celui qui est considéré comme le moins satisfaisant par les Français. En cause : les installations anciennes, car le niveau d’insatisfaction vis-à-vis du chauffage électrique baisse dès lors que le logement est récent.

N°3 : le défaut d’isolation acoustique 

Il est plus fréquent dans le cas des appartements et des studios, notamment. 31 % des occupants de studio disent être réveillés la nuit par des bruits provenant de leur voisinage, contre seulement 12 % pour l’ensemble des Français.

N°4 : la mauvaise qualité des matériaux de construction 

Un quart des Français se disent insatisfaits de la qualité des matériaux de construction de leur logement : c’est le cas pour 15 % seulement des occupants propriétaires contre 41 % des locataires. Ce qui n’a rien de surprenant, compte tenu du fait qu’un propriétaire raisonnera sur du long terme et aura tendance à investir dans de l’équipement de qualité.

2 Mar 2018

Ils nous ont fait confiance