Crédit immobilier : un marché qui pèse plus d’1 milliard d’euros par an

Alors que la crise économique n’en finit plus d’affecter de nombreux secteurs, les courtiers en crédits immobiliers s’en tirent non seulement très bien mais avouent être en pleine expansion.

L’intermédiation des financements aux particuliers représenterait un potentiel de rémunération de plus d’1 milliard d’euros annuel. Tous les grands réseaux de courtiers sont en progression en termes de chiffres d’affaire. Les ouvertures de nouvelles agences se multiplient. On a pu constater plus de 100 ouvertures nouvelles en un an.

Au total et en moyenne sur les 6 dernières années, la masse des crédits aux particuliers susceptibles d’être traités par les courtiers représenterait environ 157 milliards d’euros par an.
Les courtiers en crédits immobiliers traiteraient environ 25 % de ce volume, soit près de 40 milliards d’euros par an.

Depuis quelques années, le volume des montants des crédits négociés par les courtiers augmente de 10 à 12 % annuellement.

Si cette tendance, d’ailleurs confirmée par les études de XERFI et INSIGHT GLOBAL, se poursuit au même rythme, la part de marché des réseaux de courtiers devrait doubler d’ici 5 à 7 ans et atteindre vraisemblablement 50 %. du marché global

Mais quelles sont les principales raisons de cette forte progression de l’activité des courtiers en crédits immobiliers ?

Tout d’abord, la règlementation et les organismes d’habilitation (ORIAS) et de contrôle (ACPR) sécurisent parfaitement les conditions d’emprunt des emprunteurs.

Ensuite, les banques apprécient de plus en plus les partenariats établis avec les courtiers, canal supplémentaire d’afflux de nouveaux clients.

Et enfin et surtout, les emprunteurs ont bien compris qu’en utilisant le savoir faire des courtiers, ils mettent les offres de banque en concurrence directe avec celles du marché.

Important : Comme pour tout marché en expansion, l’activité de courtage de crédits se structure, se consolide et voit l’émergence de réseaux majeurs. Le candidat à l’acquisition d’un bien a donc tout intérêt à s’adresser à l’un de ces grands réseaux, s’il souhaite bénéficier de la force de négociation de ceux-ci auprès des établissements bancaires.

27 Oct 2014

Ils nous ont fait confiance