Calme plat sur les taux de crédit immobilier

Donner une tendance nette – baisse ou hausse – en matière d’évolution des taux d’intérêts des prêts immobiliers depuis le début de l’année relève d’un exercice difficile. Les acteurs du financement immobilier, courtiers en tête, constatent tous une grande stabilité des taux actuellement pratiqués, avec quelques petits mouvements à la marge, en fonction de la politique commerciale régionale propres à certains établissements bancaires.

Pour autant, cette stabilité résulte du délicat équilibre de plusieurs facteurs qui s’opposent. Seule certitude, les taux sont encore à des niveaux historiquement faibles (1.40% sur 15 ans et 1.55 % sur 20 ans – hors assurance – source acecredit.fr)  permettant ainsi aux futurs acquéreurs de profiter de conditions de crédit attractives.

Remontée des taux directeurs

L’OAT à 10 ans,  indicateur clé pour le crédit immobilier, est en hausse. Ces taux obligataires, lorsqu’ils sont faibles, permettent aux banques de se refinancer dans d’excellentes conditions et donc de continuer à attirer les clients avec les taux immobiliers les plus bas possibles. En cas de hausse prolongée, la tentation sera grande pour les banques de relever à l’identique leurs barèmes de taux.

Des acheteurs moins nombreux

Mais d’un autre côté, l’activité du crédit immobilier connait actuellement un ralentissement général, dû à la diminution de la demande des particuliers. Le prix de l’immobilier en hausse dans la plupart des métropoles et grandes villes explique en partie cette baisse. Les acheteurs doivent également intégrer dans leur plan de financement les nouvelles modalités du PTZ 2018, plus restrictif. Enfin la manne que constituaient les renégociations ou rachat de crédit immobilier s’est aujourd’hui raréfiée : tous les contrats qui pouvaient être revus à la baisse ont en effet déjà été traités en 2016 et 2017.

Or les banques, pour qui le crédit immobilier est véritablement un produit de conquête de clientèle, ont besoin d’assurer un certain volume de production pour compenser par la quantité des marges devenues faibles, voire inexistantes, compte tenu de la faiblesse des taux pratiqués. La forte concurrence entre elles explique également leurs politiques commerciales basées sur des taux attrayants. 

Il va aussi falloir prendre en compte une nouvelle donne : le volume des résiliations de l’assurance emprunteur, autorisées depuis le 1er janvier 2018. Quelle sera l’évolution des taux d’intérêts en cas de fortes demandes de renégociation d’assurance de prêt ? Les banques compenseront-elles leur manque à gagner par une hausse de leur barème ? Ou au contraire choisiront-elles d’accorder des taux préférentiels pour fidéliser leurs clients ? Il est encore trop tôt pour se prononcer. 

21 Fév 2018

Ils nous ont fait confiance