La neige séduit à nouveau les acheteurs

Cet hiver, la neige s’est largement invitée dans tous les massifs montagneux français. Cette première semaine de vacances s’annonce donc sous les meilleurs auspices. Et l’occasion peut-être de réfléchir sérieusement à un projet d’investissement immobilier en montagne, d’autant que les taux d’intérêt restent stables, à des niveaux faibles. Français et étrangers s’intéressent donc à nouveau à ce marché.

Un investissement plaisir avant tout

Dans les stations alpines, les indicateurs sont au vert ou plutôt au blanc ! Le marché est reparti dans les grandes stations suite à la création de nouvelles zones constructibles comme à Megève ou en raison de forts investissements dans l’infrastructure même du domaine skiable, des activités et des structures d’hébergement. La localisation et taille du domaine skiable vont déterminer les niveaux de prix d’achat.

Sans surprise, c’est dans les Alpes que le prix de l’immobilier de la neige est le plus élevé. « Pour l’ensemble de 2017, les prix de vente ont globalement grimpé dans une fourchette comprise entre 3 et 5 %, selon le type de biens « , détaille Jean-Jacques Botta, président de la Fnaim Savoie Mont-Blanc dans son bilan immobilier 2017, « et les transactions ont progressé de près de 10 %. ». De plus, les acheteurs ont clairement privilégié les stations qui fonctionnent été comme hiver pour maximiser la rentabilité de leur placement et/ou celles de haute altitude pour être sûrs de l’enneigement.

Pour jouer la carte de la sécurité, les amoureux du ski auront tout intérêt à investir pour leur achat plaisir dans une station à 1 800 m avec un domaine étendu pour bénéficier d’un maximum de pistes ouvertes, même en cas de faible enneigement. La championne toute catégorie qui rassemble tous ces critères est sans conteste Chamonix où les prix ont approché une augmentation de 5 % (4,8 %) entre juin 2016 et juin 2017.

La montagne, ça vous gagne… en été aussi

Investir dans l’immobilier, à la montagne, revenait la plupart du temps à privilégier une destination de sports d’hiver uniquement. Mais ça, c’était avant les nouvelles habitudes de ski et le réchauffement climatique qui rend plus hasardeux l’enneigement.

La demande s’oriente vers des appartements confortables, plus grands (45 à 50 m²) donc plus chers que le studio-cabine des années 70. Le souhait des vacanciers n’est plus de se loger dans un dortoir avec pour unique objectif de faire du ski toute la journée mais de profiter d’une réelle qualité de vie à l’intérieur du logement comme à l’extérieur. La plupart des stations ont développé d’ailleurs depuis quelques années de nouvelles infrastructures de loisirs, de culture et de bien être pour répondre à ces nouveaux besoins.

Près de 50 % des propriétaires louent leur bien quelques semaines par an pour couvrir tout ou partie des charges. Mais attention : les professionnels rappellent que les recettes d’une location pendant toute la saison ne seront pas suffisantes pour intégrer le remboursement des mensualités d’un crédit immobilier.

 

15 Fév 2018

Ils nous ont fait confiance