Taux immobilier juillet 2020

Grande stabilité sur les taux immobiliers

Taux sur 7 ans
0.39%
Taux le plus bas
0.80%
Taux moyen*
Taux sur 10 ans
0.50%
Taux le plus bas
0.95%
Taux moyen*
Taux sur 15 ans
0.75%
Taux le plus bas
1.15%
Taux moyen*
Taux sur 20 ans
0.90%
Taux le plus bas
1.30%
Taux moyen*
Taux sur 25 ans
1.22%
Taux le plus bas
1.60%
Taux moyen*
Taux sur 30 ans
1.55%
Taux le plus bas
1.95%
Taux moyen*

Après la période haussière que nous avons connue durant le confinement lié à la pandémie de COVID-19, puis la légère baisse des taux observée au déconfinement, l’heure est à la stabilisation. Les taux de crédit immobilier en ce début du mois de juillet sont ainsi identiques à ceux du mois de juin.

Dans le détail, on observe que toutes les valeurs moyennes stagnent par rapport au mois précédent. La petite différence se situerait plus du côté des taux immobiliers mini, ceux réservés aux meilleurs profils d’emprunteurs, où l’on relève des variations minimes. Ainsi, le taux d’emprunt mini sur 10 ans est en baisse de 4 centimes, tandis que celui sur 15 ans remonte d’un petit centime. Le meilleur taux sur 20 ans progresse de 3 centimes et celui sur 25 ans, de 4 centimes.

Les taux immobiliers demeurent quoi qu’il en soit très attractifs. Sur 20 ans, les meilleurs profils peuvent emprunter dès 0,90%, tandis que le taux moyen affiche 1,30%. Des valeurs qui restent très basses et propices à la réalisation de projets.

L’analyse d’Ace Crédit

Si les banques présentent des taux stables sur des valeurs très basses, c’est qu’elles demeurent ouvertes aux possibilités de financement. Il est vrai que d’ordinaire, la période estivale est plutôt propice à une légère remontée des taux afin d’éviter un afflux de dossiers en banque en période de vacances. Cette année est un peu différente.

Si les banques demeurent ouvertes aux financements, il ne faut pas en oublier pour autant le contexte actuel. Si les porteurs de projets voient dans les taux bas une opportunité de les concrétiser, cela se fera dans la limite des restrictions que nous connaissons, car certaines catégories de profils ont aujourd’hui un accès limité au crédit (malgré l’augmentation des taux d’usure, trop faible pour avoir un impact réel). Ainsi certains dossiers, qui auraient été financés il y a quelques mois de cela, ne peuvent aboutir en raison des normes du HCSF qui limitent le taux d’endettement à 33% maximum et la durée d’emprunt à 25 ans. Les banques observent donc de près la pérennité des revenus des emprunteurs, mais aussi la présence d’un apport personnel. L’apport personnel est donc vivement conseillé afin de rassurer les établissements prêteurs et optimiser ses chances d’obtenir un financement.

« Poursuite d’une belle accalmie dans la météo des taux, à contrario des conditions d’accès au crédit qui se complexifient. Un environnement global propice au besoin exprimé de chaque acquéreur d’être accompagné par un courtier en crédit leur mettant à disposition son expertise dans la constitution de leur demande de prêt. », conclut Antonio Carneiro directeur commercial d’Ace Crédit.

Ils nous ont fait confiance