Vendre pour acheter: l’alternative (peu connue) de la vente longue

Pour les propriétaires, le changement de résidence principale est toujours un casse-tête financier et logistique. Vendre puis acheter son nouveau logement ou au contraire l’acheter avant de vendre l’ancien sont deux processus qui comportent leurs lots d’avantages et d’inconvénients.

Entre ces deux solutions, il existe une autre possibilité : la vente longue. Il s’agit d’une vente où la durée entre le compromis et le passage chez le notaire va être rallongé. Le principe de la « vente longue » offre plus de temps et de tranquillité d’esprit pour rechercher un nouveau logement.

Sécurité contre logistique

Commencer par la vente de son logement semble plus rassurant car on ne sait jamais combien de temps va s’écouler avant de trouver le bon acheteur. Sans compter qu’il y a toujours un risque de rétractation de celui-ci. Et surtout, ce choix offre l’avantage de connaître précisément le montant de l’apport personnel et d’établir ainsi un budget réaliste pour le nouvel investissement. Au niveau de l’organisation par contre, c’est un peu plus compliqué à gérer. Le risque, stressant, de se retrouver « sans toit » entre la vente de l’ancien et l’acquisition du nouveau logement est élevé, avec en plus des dépenses supplémentaires à prévoir, en raison du stockage des meubles et des déménagements successifs.

Pour éviter de passer à côté d’une bonne affaire, il est tout à fait possible d’acheter un logement avant de vendre l’ancien. Option plus simple en termes de logistique, cette opération se fait à l’aide d’un prêt relais dans la majorité des cas. Ce crédit permet de financer entre 60 % et 80 % du nouveau bien. Le capital est ensuite remboursé avec la somme de la vente de l’ancien bien. Le plus gros risque dans ce type de transaction, outre les frais additionnels du prêt-relais lui-même, est que la vente de l’ancien logement prenne trop de temps et que l’emprunteur se retrouve à rembourser deux crédits immobiliers en même temps.

Un répit de 6 mois

Pour gérer la double transaction en toute sérénité, il est possible de négocier une « vente longue » avec son acheteur. Concrètement, il s’agit d’allonger la période convenue entre la signature du compromis de vente et le jour de la conclusion de l’acte authentique chez le notaire.

Par rapport au délai standard de deux mois et demi à trois mois, la date de remise des clés peut ainsi être décalée jusqu’à six mois. Cet accord, conclu en amont du compromis de vente, peut donner lieu à une compensation financière à l’acheteur qui accepte de patienter. Le vendeur ne touchera l’intégralité du prix de vente qu’une fois les lieux libérés de toute occupation. Trouver des acheteurs peu empressés d’emménager et prêts à accepter une telle démarche est la seule difficulté de la vente longue. Elle est par nature plus facilement envisageable avec des primo accédants.

26 Sep 2019

Ils nous ont fait confiance