Un plan de financement, ça se prépare !

Primo-accédant ou acheteur aguerri : cela peut apparaître comme une évidence mais un crédit immobilier ne se souscrit pas à la légère ni sans réflexion préalable sur cet engagement financier de grande ampleur. Pour que tout se passe dans les meilleures conditions et surtout que l’acquisition puisse se réaliser, il est indispensable de préparer un plan de financement cohérent, sérieux et réaliste.

Situation personnelle, revenu, apport… toute demande de prêt va être examinée à la loupe par les banques qui tiennent avant tout à s’assurer du remboursement des sommes prêtées. Une fois le dossier solidement établi et la capacité d’emprunt définie, il sera temps de faire jouer la concurrence pour obtenir la meilleure offre.

Un apport personnel, même petit

La règle du taux d’effort implique qu’il n’est pas possible de consacrer plus de 33 % net de ses ressources au remboursement de tous ses prêts (crédit immobilier, crédit renouvelable, prêt à la consommation…). Soit 1000 € de mensualités pour un revenu de 3000 € par mois. La banque va notamment vérifier si la mensualité remplaçant l’ancien loyer est compatible avec les revenus présentés dans le respect de ce taux d’effort.

Le fait de posséder un peu d’apport (économies, donation, héritage, la participation aux bénéfices de son entreprise…) fera baisser mathématiquement le taux d’endettement. En outre, cela prouvera la capacité d’épargne et l’engagement dans le projet, ce qui est de bon augure pour décrocher un taux d’intérêt intéressant.

Les banques ne ferment pas totalement la porte aux particuliers dépourvus d’apport personnel. Mais dans ce cas elles sont très sélectives et ne proposeront pas des taux d’intérêt exceptionnels. En leur présentant un solide dossier, en défendant les bons arguments et en faisant jouer la concurrence, il est possible d’emprunter sans argent.

Des comptes bien tenus

Les banques vont automatiquement demander trois mois, voire six mois de relevés de comptes à chaque emprunteur. Il faut donc impérativement veiller à éviter les accidents de paiement et les découverts. La méthode la plus simple est de commencer par « nettoyer » son compte plusieurs mois à l’avance et de solder d’éventuels crédits à la consommation, sinon ils seront pris en compte dans le taux d’endettement global.

Avec l’aide d’un professionnel

En passant par un courtier en crédit tel que acecredit.fr et en présentant un dossier sans problème majeur, les chances sont grandes d’obtenir un prêt à des conditions attractives. Les courtiers peuvent en effet se prévaloir d’un taux de transformation plutôt élevé et de toute façon plus élevé qu’en cas de demande individuelle. Ce professionnel ne manquera pas de signaler les points faibles du financement envisagé et sera à même d’apporter conseils et correctifs avant la présentation aux banques partenaires.

29 Mar 2018

Ils nous ont fait confiance