Spécial Fête des Pères : et pourquoi pas un barbecue sur le balcon ?

Pour la fête de Pères dimanche prochain, le soleil sera au rendez-vous. Il est fort à parier que ce sera alors pour beaucoup d’entre nous l’occasion de se réunir autour de quelques grillades. Le barbecue, indétrônable seigneur de la convivialité, reste la valeur sûre des rencontres estivales, qu’elles soient familiales ou amicales.

Respecter les règles de la copropriété…

Son utilisation est néanmoins soumise à quelques règles de sécurité et de bon voisinage, notamment en copropriété. Petit rappel en ce début de saison d’été.
Même si l’imaginaire collectif associe le barbecue à la construction neuve ou rénovation d’un bâti ancien, l’accès au barbecue peut aussi s’envisager lorsque l’on vit dans un appartement. Même si la législation française autorise cette pratique, le règlement intérieur de la copropriété concernée peut restreindre (ou parfois interdire) l’usage du barbecue dans les immeubles. Il faut auparavant se renseigner auprès des responsables de la copropriété pour connaître ses droits et ses devoirs. Bon nombre de copropriétés interdisent son usage ou alors les autorisent seulement quelques heures par mois ou à des horaires précis. Le but étant de vivre harmonieusement avec les voisins, qu’on les apprécie ou non.

… pour vivre en bon voisinage

Les barbecues aux charbons, au gaz ou au bois ne sont pas les seules possibilités. Le barbecue électrique émettra pas ou peu de fumées incommodantes. Ce type d’appareil est beaucoup plus largement autorisé. Certaines villes comme interdisent totalement l’usage des barbecues en terrasse. Trop dangereux, ils risquent de provoquer des incendies dans tout l’immeuble alors que le but initial était d’abord de déguster une bonne brochette. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, par exemple, un arrêté préfectoral interdit toute incinération «à l’intérieur ou à moins de 200 mètres des espaces sensibles», c’est-à-dire végétaux. Plusieurs arrêtés municipaux et préfectoraux règlent l’usage du feu surtout dans les régions du sud afin de prévenir les incendies forestiers.
 
Le non-respect de la réglementation entraîne des sanctions, souvent matérialisé dans un premier temps par un rappel d’ordre par écrit émanant du syndicat de copropriété. Si le problème persiste, il y a deux solutions. La première est l’intervention d’un médiateur/conciliateur de justice pour trouver un compromis avec le voisin. La deuxième solution est une action en justice. Le verdict de la justice en région parisienne pour un barbecue gênant peut être une amende allant d’un euro à 125 euros.
 
Avant d’en arriver là, mieux vaut donc bien se renseigner et le cas échéant se rabattre sur des hamburgers faits maison et grillés… dans la cuisine.
 

14 Juin 2017

Ils nous ont fait confiance