• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Prix de vente et plan de financement, faut-il faire la différence ?

06 Oct. 2017
Prix de vente et plan de financement, faut-il faire la différence ?
Se lancer dans un achat immobilier est une belle aventure tentée par nombre d'entre nous pour se trouver un logement à notre goût et notre budget. Les montants élevés des transactions peuvent en intimider plus d'un et révèlent à la fois une méconnaissance des mécanismes de financement et un sentiment d'être en territoire inconnu devant son banquier. Alors, prix de vente, crédit immobilier, plan de financement, comment faire le tri ? Et surtout être sûr d'avoir toutes les réponses au moment de dire oui ?

Prix de vente, prix d'achat : même définition ?

Le prix de vente est le prix exprimé par le vendeur du logement. Il correspond au revenu qu'il attend de la vente du logement. Pour l'acquéreur, ce prix de vente est aussi son prix d'achat, mais pas son prix de revient. Eh oui, car pour connaitre son véritable prix de revient, l'acheteur du bien immobilier va devoir ajouter certains frais comme les frais d'acte notarié, les frais de garantie du crédit, les frais de dossier bancaire ou parfois les frais de règlement de copropriété. C'est la totalité de ce prix de revient qu'il va falloir financer et c'est ce qu'on appelle le plan de financement.

Le plan de financement établit un équilibre entre les dépenses et les recettes ; d'un côté on aura donc tous les éléments à financer (prix et frais) et en contrepartie on aura les moyens de financement, c'est à dire l'apport initial et le ou les emprunts souscrits en complément (et qui constituent l'essentiel des ressources, jusqu'à 100% du montant, le cas échéant).

En route vers le crédit

L'emprunt classiquement souscrit par un acquéreur de résidence principale est un crédit amortissable. Ceci signifie que les remboursements de l'emprunteur sont calculés de manière à couvrir les intérêts dus à la banque et le remboursement progressif du capital.
Il existe aussi l'option du crédit in fine dont le principe est de rembourser uniquement les intérêts. Au terme du prêt, l'emprunteur doit donc toujours à la banque le même montant que celui emprunté initialement. Les mensualités sont moins lourdes car elles n'intègrent pas de remboursement de capital et elles sont donc totalement composées de frais financiers. Ce mécanisme de crédit est surtout usité dans certains montages financiers de défiscalisation et n'est pas du tout adapté à l'accession à la propriété.

Vérifier si l'achat de son appartement ou de sa maison est faisable et raisonnable nécessite d'utiliser les calculettes des sites de crédit immobilier tels celui d'acecredit.fr. Tout acheteur potentiel doit avant tout estimer sa capacité à acheter en jouant sur la durée de l'emprunt en fonction des conditions de taux obtenues pour déterminer les remboursements mensuels qui en découlent.

Bon à savoir : traditionnellement, les établissements financiers ne souhaitent pas que les mensualités (assurance décès invalidité comprise) dépassent le tiers des ressources du foyer emprunteur. Cette précaution se double d'une analyse du reste à vivre, la somme qui va rester au ménage pour assumer ses dépenses courantes une fois déduites les dépenses incompressibles (le remboursement de l'emprunt, celui d'autres emprunts en cours, le paiement de pensions...).

Et, pour améliorer son plan de financement, surtout si l'on est primo-accédant, on peut avoir recours à des financements spécifiques comme le PTZ reconduit en 2018 dans les zones dites tendues.

Quoiqu'il en soit, pour en avoir le coeur net et la certitude de partir avec un plan de financement fiable, la solution la plus simple et la plus rapide est de s'adresser à un professionnel du crédit immobilier comme le réseau de courtiers acecredit.fr. 
 

Joël Boumendil
Fondateur et Dirigeant
Dès le début de sa carrière professionnelle en 1987, Joël Boumendil s’oriente vers le courtage en crédit immobilier un peu par hasard et découvre alors à la fois un métier qui va le passionner et un secteur d’activité nouveau en France à cette époque et dont il pressent immédiatement le très fort potentiel. Le principe même du courtage garantit aux particuliers, souvent désorientés lorsqu’ils sont en phase d’acquisition d’un bien immobilier, les offres de crédit au taux le plus bas et les conseils sur mesure d’un professionnel à leur service.
 
Durant 8 années, il se forge une expérience solide en tant que conseiller financier dans un cabinet de courtage et développe peu à peu avec succès sa propre approche commerciale bâtie autour des besoins de ses clients. Visionnaire, précurseur, il fonde le groupe ACE en 1995, avec la volonté d’apporter à ses clients les meilleures offres de crédit immobilier et un accompagnement sur mesure jusqu’à la signature finale chez le notaire. En 2008, une nouvelle étape est franchie avec succès avec la création puis le développement très rapide d’un réseau d’agences franchisées. Aujourd’hui il est le dirigeant d’un groupe de 300 collaborateurs, en pleine croissance, devenu en 20 ans un acteur de référence incontournable du crédit immobilier en France, comme en témoigne l’entrée de l’investisseur de renom Edmond de Rothschild Investment Partner dans le capital d’acecredit.fr en mars 2015.
 
Attaché aux bonnes pratiques de son métier, il est membre du conseil d’administration et actuel trésorier de l’Association Professionnelle des Intermédiaires de Crédit.(APIC) Il est également co-auteur de 2 ouvrages de référence sur le crédit immobilier : « Empruntez malin, dépensez moins » (Vuibert, 2007) et « Immobilier : investir malin pour préparer l’avenir » (Vuibert, 2016).