Palmarès des rues les plus chères en France

Les prix baissent-ils en dessous de 10 000 euros ?

Quelles sont les rues les plus onéreuses ? MeilleursAgents a publié les résultats de ce palmarès qui ne manque pas d’intérêt notamment pour les nombreux investisseurs immobiliers. Sans surprise, les artères de la capitale sont les plus chères de ce classement.

Paris en tête du classement

Le site d’estimation a analysé les cinq rues, places ou avenues où le prix au m2 est le plus cher dans dix des plus grandes villes de France, à savoir : Paris, Lyon, Nice, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Lille, Nantes, Montpellier et Strasbourg.  

Les premières places de ce classement sont, sans surprise, trustées par la capitale. On retrouve la rue Guynemer sur la première marche du podium. Dans cette rue cotée du VIe arrondissement de Paris qui longe le jardin du Luxembourg, le prix moyen du mètre carré est de 23 000 euros. Un prix bien plus élevé que la moyenne parisienne qui s’établit à 10 700 euros du mètre carré selon les chiffres des notaires. La place Saint-Sulpice (22 037 euros par mètre carré) et l’avenue Montaigne (21 808 euros) viennent compléter le trio de tête. En 4e et 5e position, on trouve la rue Palatine dans le VIe arrondissement (21 559 euros) et la rue de Furstemberg, à Saint-Germain-des-Prés (20 925 euros).

La province, loin derrière la capitale

Derrière Paris, c’est la ville de Nice qui affiche les tarifs les plus importants avec l’avenue Jean Lorrain en front de mer à 9 040 euros du mètre carré. Un écart toutefois important avec les rues et avenues parisiennes en tête de ce palmarès. Les prix à Nice sont en moyenne autour de 5 500 euros pour une maison et de 4 700 euros pour un appartement. Elle est suivie par l’avenue Germaine (8 879 euros) le boulevard Princesse-Grâce-de-Monaco et le boulevard Maurice-Maeterlinck.

À Lyon, avec un prix au mètre carré de 7 558 euros, c’est le cours Franklin-Roosevelt dans le VIe arrondissement de la ville qui affiche les prix les plus élevés. À Bordeaux, on retrouve la rue Mably, avec un prix de plus de 7 005 euros du mètre carré suivi par le cours de l’Intendance (6 574 euros).

L’écart se creuse entre Paris et le bas du classement

Derrière Toulouse et sa rue Sainte-Anne (6 296 euros par mètre carré), on trouve l’avenue Camus à Nantes (6 052 euros/m2), puis la place du Concert à Lille (5 498 euros du mètre carré). Enfin, en bas du classement l’avenue Raymond-Dugrand à Montpellier affiche un prix au mètre carré de 5 231 euros. Un différentiel de près de 18 000 euros par rapport à la tête de ce palmarès, occupée par la rue Guynemer à Paris.

Il convient de noter que dans une même rue les prix d’un bien dépendent bien entendu des prestations du logement, de son état, de la présence d’un extérieur ou encore de son étage. Néanmoins, le classement du site de MeilleursAgents donne une idée des rues les plus prisées dans les grandes villes de l’Hexagone pour un investissement ciblé. Pour financer un bien immobilier dans une de ces fameuses rues, il est possible de faire appel à un courtier spécialisé. Cet expert du crédit immobilier saura orienter l’emprunteur vers l’organisme qui propose la meilleure offre de financement.

28 Fév 2022

Ils nous ont fait confiance