Neuf ou ancien, à vous de choisir !

Interrogées par Logic Immo dans le cadre de son Observatoire du moral immobilier, 41 % des personnes ayant un projet d’acquisition dans l’année à venir estiment que les prix vont continuer à augmenter dans les six prochains mois. À l’opposé, ils ne sont que 10 % à les imaginer diminuer sur la même période.

Globalement, les acquéreurs sont très optimistes puisque 73 % d’entre eux considèrent que c’est le bon moment pour acheter un bien immobilier. « A l’heure actuelle, la demande et l’offre de biens immobiliers sont à leurs niveaux les plus élevés observés sur ces 8 dernières années avec respectivement 3,5 millions d’acheteurs et 2 millions de vendeurs. » confirme Stéphanie Pécault, Responsable des Etudes chez Logic-Immo.com. Entre neuf et ancien, vers quoi tendent les futurs acheteurs ?

Une question d‘âge

Sur les 1.217 personnes sondées, les recherches s’orientent plutôt vers un achat dans l’ancien, à 47 %, contre 23 % seulement qui ciblent du neuf. Les autres (30 %) n’ayant pas encore pris leur décision. Le profil, comme la psychologie et la motivation de ces acquéreurs diffère selon le type de bien recherché.

L’ancien est prisé par les CSP+ (à 59%), un peu plus âgés (40 % ont entre 35 et 49 ans) et qui sont, pour la majorité (58 %), des secundo-accédants. La maison individuelle séduit plutôt les jeunes (55 % ont moins de 35 ans), principalement secundo-accédants (pour 57 % d’entre eux) et les CSP- (55%) qui vont en faire leur résidence principale. Enfin le logement neuf remporte aussi les suffrages des plus jeunes (61 % ont moins de 35 ans), très largement majoritairement primo-accédants (66%).

Le standing du neuf…

L’investissement dans l’immobilier neuf est généralement synonyme de confort, de sécurité et d’avantages fiscaux. Les propriétaires ont l’assurance d’acquérir un bien qui soit aux normes actuelles en matière d’installation électrique, de plomberie, de chauffage et d’isolation thermique et phonique. S’ajoutent à cela la garantie décennale du constructeur et les frais de notaire réduits (2 à 3 % du prix de la vente contre 7 à 8 % dans le cadre de l’achat d’un bien ancien).

… ou charme de l’ancien ?

L’investissement dans un bien immobilier ancien donne plus d’opportunités, notamment en ce qui concerne la diversité des biens et le choix d’un emplacement précis qui correspondra au cadre de vie souhaité. De plus, l’acheteur pourra plus facilement avoir l’historique des prix de vente et des prix de location. Ce qui lui permettra d’évaluer sa marge de négociation lors de l’achat du bien.

Les logements anciens sont souvent répandus dans le centre-ville donc proches des moyens de transport en commun, des écoles, etc. Les choix incluent des maisons datant du XIXe siècle au charme architectural indéniable ou des habitations plus ou moins récentes qui peuvent présenter autant de confort que les logements neufs. Enfin la disponibilité du bien est généralement beaucoup plus rapide qu’avec le neuf. L’emménagement dans une habitation ancienne peut facilement se faire en quelques jours, alors que l’accès au logement neuf n’est souvent possible qu’au bout de plusieurs mois.

21 Juil 2018

Ils nous ont fait confiance