Les taux bas n’incitent plus à la renégociation de crédit

Après la période faste des années 2016-2017 due à la baisse spectaculaire des taux d’intérêts, la part de la renégociation de crédit est en forte baisse mais c’est logique. Explications.

Moins de demandes

En moins de deux ans, le marché de la renégociation de crédit s’est effondré. Alors que la part des renégociations dans les crédits à l’habitat avait grimpé à 61,6% en janvier 2017, un record historique qui avait généré en son temps un engorgement dans les établissements bancaires, elle n’était plus que de 16,3% en juillet 2018, selon les données de la Banque de France.

Pourquoi les particuliers se détournent-ils de cette pratique? Pour une fois, ce n’est pas parce que les banques se montrent trop tatillonnes, trop rigides ou trop prudentes. C’est tout simplement parce que les taux sont bas… depuis trop longtemps.

Tous ceux qui avaient intérêt et/ou l’opportunité de renégocier leur crédit l’ont déjà fait auparavant, effectuant au passage des baisses significatives de leur montant mensuel à rembourser. Il n’y a donc tout simplement plus de postulants. Et pour ceux qui ont souscrit un crédit aux alentours de 2.5%, le bénéfice de l’opération est largement moindre qu’avec un taux à 4%.(source LaVieImmo.com)

Une opération qui se calcule au plus près

Pour être réellement rentable et générer de belles économies, une opération de renégociation doit au mieux théoriquement respecter ces trois règles :
· L’écart entre le taux d’origine et le taux actuel doit être d’au moins 0.7 points, idéalement 1 point.
· Il faut un capital restant dû minimum entre 70 000 et 80 000 euros (source acecredit)
· La durée restante de remboursement doit être supérieure ou au moins égale à la moitié de la durée totale de l’emprunt initial

Pour ceux tentés par l’aventure, sachez qu’un emprunteur doit payer des indemnités de remboursement anticipé (IRA, plafonnés à 6 mois d’intérêts ou 3% du capital restant dû) et des frais de nouvelle garantie lorsqu’il fait racheter son crédit par une autre banque. Cette dépense doit être néanmoins largement compensée par le gain obtenu grâce au nouveau taux d’intérêts plus compétitif et à la nouvelle cotisation d’assurance emprunteur. C’est là tout l’intérêt de la renégociation.

N’hésitez pas à solliciter l’expertise d’un courtier spécialisé en prêt habitation comme acecredit.fr.Ces professionnels connaissent la politique commerciale de chaque banque sur le bout des doigts et ont toutes les cartes en main pour vous décrocher le taux de financement le plus bas.

18 Sep 2018

Ils nous ont fait confiance