Légère hausse générale des prix immobiliers en cette fin d’année

Les transactions immobilières dans l’ancien s’apprêtent déjà à signer un record cette année. En septembre, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois a atteint un nouveau record historique avec le chiffre vertigineux de 952 000. Il excède ainsi nettement le volume cumulé un an plus tôt (825 000 en septembre 2016). Pour donner un ordre de grandeur, cela veut dire que 3% du parc de logements en France a changé de propriétaire en un an. Le marché est donc dynamique et porteur.

Mais de l’autre côté, les prix immobiliers dans l’ancien n’en finissent plus de grimper plus ou moins sagement, 3,9% sur un an au troisième trimestre d’après la dernière note de conjoncture des notaires établie en octobre 2017. Cette hausse enregistrée de juillet à septembre a tendance à s’amplifier et se révèle plus forte pour les prix des appartements (+5,1%) que pour ceux des maisons (+3,1%). La hausse est cependant moins marquée en province : +3,6%.

Sur tout le territoire national

Dans la majorité des départements, les prix des logements anciens progressent au deuxième trimestre 2017. Quelques exceptions néanmoins : à titre d’exemple, les Alpes-de-Haute-Provence (-10 % en appartements et -5 % en maisons), le Loir-et-Cher (-3 % en appartements et -4 % en maisons), la Manche (-14 % en appartements et -3 % en maisons), l’Yonne (-10 % en appartements et -5 % en maisons).

Au niveau des principales villes de province en appartements anciens, comme le trimestre dernier, Dijon affichent une baisse (-3,5 % sur un an). À Saint-Etienne (-0,7 %), Le Havre (-0,1 %) et Orléans (-0,1 %), les prix se stabilisent. Dans les autres villes, les prix augmentent. Bordeaux affiche toujours la hausse la plus importante avec +12,1 % sur un an. Suivent Le Mans (+8,7 %), Rennes (+8,6 %), Brest (+8,5 %), Rouen (+8 %) et Nantes (+7,8 %).

Dans les principales agglomérations de province en maisons anciennes, les prix sont majoritairement en hausse. Comme en appartements, Bordeaux (+9,8 %) et Le Mans (+9,6 %) enregistrent les progressions les plus importantes, suivies par Nancy et Orléans avec +8 % sur un an.

Qui impacte à la marge le pouvoir d’achat

Selon l’Observatoire Crédit Logement / CSA, cette hausse, même modérée, des prix de l’immobilier écarte progressivement les ménages les plus jeunes et les plus modestes, en primo accession, pour la plupart d’entre eux et faiblement dotés en apport personnel.

Dans le même temps, les conditions de crédit actuelles encore avantageuses soutiennent toujours la réalisation des projets immobiliers des ménages via un allongement, pourtant déjà élevé (219 mois en moyenne en novembre 2017), de la durée des prêts octroyés.

7 Déc 2017

Ils nous ont fait confiance