Le crédit immobilier au beau fixe !

Ce printemps, les taux des prêts immobiliers sont repartis à la baisse à 1,39 % en moyenne en mars (hors assurance) selon les données publiées mardi par l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Les banques prêtent à très long terme et exigent très peu d’apport personnel. De quoi ne plus hésiter à acheter quand l’occasion se présente.
 

En cette période printanière où les taux sont traditionnellement bas, car les banques savent que la demande de financement est forte, cela paraissait impensable et pourtant … Les taux d’emprunts immobiliers, loin de remonter, continuent de reculer ! Des baisses significatives ont été enregistrées en mars et en avril. Les moyennes observées à ce jour représentent un nouveau record : 1,39% toutes durées confondues, hors assurance (contre 1,44 % en février).

Toujours plus bas

« On n’avait jamais vu cela », insiste l’économiste Michel Mouillart, en charge de la restitution des données de l’Observatoire. Depuis un an, les taux ont diminué de 10 points de base. « L’accès aux crédits immobiliers, n’a jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires ». Les barèmes communiqués par les banques deviennent d’ailleurs de moins en moins significatifs étant donné qu’elles appliquent des décotes à un large spectre d’emprunteurs et plus uniquement aux hauts revenus, aux jeunes ou aux acquéreurs disposant d’un gros apport. Cette situation pourrait perdurer jusqu’au second semestre 2019 en raison de la politique accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) qui semble se maintenir. Mercredi 10 mars, cette institution a en effet annoncé maintenir ses taux directeurs au plancher et n’envisage pas de les relever avant au moins fin 2019.

Toujours plus long

Les ménages peuvent donc faire coup double : obtenir un taux d’emprunt très bas sur des durées de remboursement très longues. Confrontées à la hausse des prix de l’immobilier, les banques n’ont jamais prêté à aussi long terme. Au premier trimestre la durée moyenne des prêts accordés était de 19 ans (229 mois). En mars, les prêts à plus de 25 ans, représentaient ainsi près de 42 % de la production globale de crédit immobilier. De quoi permettre aux plus jeunes et aux ménages plus modestes d’emprunter. En gardant en tête que les charges de remboursement s’accroissent avec la durée. Pour bien appréhender son projet de financement d’acquisition et agir ainsi en toute connaissance de cause, le plus facile est souvent de se faire accompagner par un courtier en crédit immobilier.

29 Avr 2019

Ils nous ont fait confiance