Immobilier : les Français manquent d’espace !

Les prix en fonction de l'emplacement

On étouffe ! L’édition 2020 du baromètre Qualitel met en lumière le désir d’espace des Français pour leur intérieur. Et surtout leur frustration de ne pas en disposer lorsqu’ils en ont le plus besoin. L’attrait post-confinement pour une maison avec jardin dans une ville moyenne résonne comme une réponse concrète face à cette difficulté.

Un delta entre la surface réelle et idéale

Que veulent les Français ? Ils rêvent d’un logement oscillant entre 111 m² chez les 25-34 ans et 112 m² à partir de 45 ans, avec une pointe à 113 m² entre ces deux tranches d’âges. La réalité néanmoins, c’est qu’ils partent de 91 m² à 25 ans et n’atteignent les 111 m² qu’à partir de la soixantaine. Et ceci n’est qu’une moyenne : les Parisiens doivent se contenter de 83 m² quand ils espéreraient en disposer de 100 m². Il faut vivre dans une ville moyenne pour disposer de plus de 100 m² (104 m²). En toute logique, près de deux Parisiens sur trois (63%) réclament une pièce de plus, contre la moitié des Français résidant dans une ville moyenne. Et l’épreuve du confinement a conforté les positions : plus des deux tiers des répondants qui disposaient de plus de 100 m² estiment que leur logement était tout à fait adapté, contre seulement un Français sur quatre dans 75 m² et moins. À l’issue de ces deux mois d’assignation à résidence, quatre personnes de moins de 35 ans sur dix songent à déménager.

Plusieurs motifs de frustration

Voilà encore une enquête qui va dans le sens de l’exode urbain ! Menée par l’Ipsos pour Qualitel, elle indique que 58% des occupants d’appartements préféreraient vivre dans une maison. La plus grande des frustrations, ce sont les familles en appartement qui la vivent au quotidien : quatre familles sur dix ne disposent pas d’une chambre par enfant. Mais il existe d’autres motifs d’insatisfaction : 45% des foyers avec des revenus modestes par exemple n’ont pas suffisamment de place dans leur cuisine pour un lave-vaisselle. Et alors que l’on parle beaucoup de télétravail, quatre Français sur dix confient ne pas disposer de coin bureau chez eux.

Les taux bas favorisent l’accession

Au final, 22% des personnes interrogées désirent déménager, un chiffre qui va intéresser les promoteurs et les agents immobiliers dans un contexte de ralentissement des constructions et des transactions. D’un côté, l’immobilier neuf offre des logements plus adaptés aux attentes en termes de rangements et de modularité. De l’autre, les maisons situées en périphéries des grandes villes gagnent en attractivité et voient leurs prix monter. Le contexte des taux bas du crédit immobilier renforce l’intérêt de l’accession à la propriété, à condition toutefois de voir son dossier accepté par un établissement prêteur alors que ces derniers se montrent plus sélectifs, suite aux recommandations du HCSF, et privilégient les acquéreurs avec un apport et un faible niveau d’endettement.

22 Oct 2020

Ils nous ont fait confiance