Immobilier : le locatif parisien en perte de vitesse

Baisse de l'immobilier locatif

L’investissement immobilier locatif connaît un repli. Cette baisse est notamment due aux contraintes croissantes qui pèsent sur l’activité, selon les derniers chiffres du réseau Century 21.

Baisse du nombre d’investisseurs locatifs en France

« Le contexte ne favorise pas ce type d’investissement », souligne Charles Marinakis, nouveau président de Century 21. Les chiffres du réseau Century 21 qui regroupe 937 agences témoignent de ce repli. Sur le premier semestre, la part des investissements locatifs à Paris est en chute de 18,6 %. Si le marché parisien a connu une activité en croissance depuis 4 ans, le volume des transactions est en perte de vitesse. Alors que le nombre total des transactions à Paris représentait 32,5 % en 2021, il s’élève désormais à 26,3 % sur le réseau. La baisse de l’investissement locatif est plus modérée sur l’ensemble du marché hexagonal. L’activité affiche un recul de 2,3 % sur un an, pour atteindre 29,8 % du nombre total des acquisitions en France, toujours selon les chiffres du réseau Century 21.

À Paris, le repli de l’investissement locatif est plus marqué

« Le désengagement des investisseurs en région parisienne comme à Paris va s’amplifier », alerte Charles Marinakis. En cause ? Le contexte actuel avec le retour de l’inflation et la hausse des taux. Non seulement le coût du crédit est plus cher, mais les contraintes imposées aux banques rendent son accès plus compliqué. Les futurs propriétaires bailleurs doivent faire face à de plus en plus de difficultés pour concrétiser leur projet d’investissement. D’ailleurs, le ralentissement des prix parisiens est l’une des conséquences de cette baisse d’activité de l’investissement immobilier, relève le président du réseau.

Les contraintes liées à l’encadrement des loyers à Paris

Par ailleurs, après Paris, puis Lille, le dispositif relatif à l’encadrement des loyers a été étendu à de nouvelles communes de la banlieue parisienne en 2021. Les villes de Lyon et Villeurbanne ont également rejoint le dispositif l’année passée. L’extension de l’encadrement des loyers va s’appliquer dès cet été à Montpellier et à Bordeaux. Ces obligations qui contraignent les investisseurs locatifs sont conjuguées aux nouvelles obligations liées à la performance énergétique des logements. À cela s’ajoute la concurrence des meublés de tourisme du type Airbnb qui freine nombre d’investisseurs.  Enfin, l’investisseur immobilier devra répondre au projet de loi sur le pouvoir d’achat et à la dernière mesure de « bouclier loyers », annoncés par Bruno Le Maire. Ce dispositif a pour objectif de plafonner la hausse des loyers à 3,5 %pendant un an. Une nouvelle contrainte qui pourrait venir décourager les derniers investisseurs locatifs.

19 Juil 2022

Ils nous ont fait confiance