• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Immobilier : la baisse des prix est-elle inéluctable ?

05 Juin 2020
Immobilier : la baisse des prix est-elle inéluctable ?
Le scénario semble écrit à l'avance. Crise économique = baisse des prix. Dernier exemple en date : la crise de 2008. Mais cela va-t-il se produire de manière aussi prédéterminée ? Le marché immobilier ne nous réserve-t-il pas une surprise ?

Les acheteurs négocient davantage

Déjà, les acquéreurs tentent de négocier les prix, « galvanisés » par un contexte où tout indique que les tarifs « doivent » baisser dans l'immobilier ancien. Les plus audacieux réclament un rabais de 15 à 20% comme le rapporte Le Figaro, alors que les professionnels du secteur invitent les vendeurs à se montrer souples, jusqu'à 5% de remise pour faciliter des transactions en ces temps de reprise. L'avenir proche du marché immobilier risque d'être plus atone qu'avant le confinement, lorsque le volume des transactions tirait le prix vers le haut.

La crise sanitaire fragilise la demande...

Outre l'aspect « mécanique » de la baisse des prix en temps de crise, deux phénomènes concourent à confirmer cette thèse dans le contexte actuel de crise sanitaire. La perte de solvabilité de nombreux ménages touchés par des baisses de revenus et/ou fragilisés au niveau professionnel. Le sauvetage de l'économie piloté par le gouvernement n'empêchera pas en effet les défaillances de nombreuses entreprises et la fragilisation de l'emploi, sans compter que la consommation tarde à retrouver ses niveaux d'avant confinement. Une baisse de la demande tire les prix vers le bas. Ajouter à cela, des conditions d'emprunt toujours intéressantes, en moyenne 1,50% sur 20 ans, les emprunteurs ayant de solides garanties pourraient profiter de la situation pour faire de belles affaires !

...Mais les biens recherchés conservent tout leur attrait

Moins d'acheteurs donc, cela préfigure d'un rapport de force moins en faveur des vendeurs dans les grandes agglomérations. Oui mais. Le schéma pré-crise était d'un tel déséquilibre – 12 acheteurs pour 10 vendeurs dont une majorité d'agglomérations – que cette nouvelle tendance ne va pas brutalement mettre les acquéreurs en position de force. Il faudra surveiller le marché immobilier avec précision. En effet, la baisse des prix ne sera pas générale et touchera à moindre mesure les agglomérations contrairement aux villes moyennes qui pourraient être plus impactées. D'autant plus que les critères de logement ont changé suite à la crise sanitaire. En effet, on observe par exemple depuis le déconfinement que les appartements avec balcon ou terrasse font l'objet d'une concurrence accrue entre candidats… au bénéfice des vendeurs.