« Home, sweet home », les Français achètent !

Selon les données des notaires, 985 000 transactions immobilières ont été enregistrées dans l’ancien sur un an fin mars. Les prix reflètent cet engouement.

Des ventes record

Au cours des douze derniers mois (à fin mars) 985 000 ventes dans l’ancien ont été enregistrées, selon les chiffres publiés par l’Insee et les notaires, contredisant ainsi les pronostics des acteurs du marché qui imaginaient une année 2019 en demi-teinte. Le record observé au quatrième trimestre 2018 (avec 965.000 ventes) est ainsi nettement battu et confirme, si besoin était, le statut de la pierre comme valeur refuge, qui ne connaît que peu d’équivalents et la volonté des Français à profiter des conditions de crédit exceptionnelles depuis mars pour devenir propriétaire. « Si l’on rapporte les transactions au stock de logements disponibles, qui augmente d’environ 1 % par an, la proportion de ventes reste équivalente aujourd’hui à celle du début des années 2000« , nuance l’Insee.

La politique très accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) en avril a permis aux taux de rester à des niveaux plancher sur toutes les durées : 1,09% sur 15 ans, 1,27% sur 20 ans et 1,49% sur 25 ans en moyenne, selon les données de l’observatoire Crédit Logement/CSA. Mai devrait confirmer cette tendance. Cette situation rend solvables les futurs acquéreurs et autorise ceux qui étaient auparavant sortis du marché de l’accession de s’y projeter à nouveau.

Des hausses de prix moins fortes

Logiquement, la forte demande soutient mécaniquement la hausse des prix, mais sans emballement. Au premier trimestre, les prix des logements anciens ont progressé de 3% sur un an. C’est à peine moins qu’en fin d’année dernière (+3,2% entre le dernier trimestre 2017 et le dernier trimestre 2018). Comme souvent, ce qui traduit l’attractivité des grandes métropoles urbaines, les prix des appartements (+3,7% sur un an) augmentent plus rapidement que ceux des maisons (+2,5%).

La situation géographique et le bassin d’emplois sont toutefois déterminants. La corrélation entre la vigueur du marché immobilier et l’évolution du marché du travail se vérifie : les écarts continuent de se creuser entre les secteurs très recherchés parce que très dynamiques au niveau de l’emploi et les autres. Plus on s’éloigne des zones économiques, et plus la situation devient compliquée au niveau de l’ancien. La fracture entre deux France s’affirme un peu plus sur un marché qui ne reste dynamique que dans les zones économiquement fortes.

Conséquence : bien que trop souvent annoncés comme en forte hausse, les prix du marché national demeurent généralement stables et proches de l’inflation, à l’exception notable de l’Île-de-France et de quatre métropoles régionales très dynamiques (Nantes, Rennes, Lyon et Bordeaux). Ce qui laisse à penser un mouvement de stabilisation des prix et, par conséquent, un assagissement du marché en 2019.

29 Mai 2019

Ils nous ont fait confiance