Et hop, ça déménage !

A vos cartons, c’est parti ! Traditionnellement, le mois d’avril ouvre la saison pour les déménagements. Mutations ou raisons personnelles, solo ou en famille… petit tour d’horizon sur cette population française qui déménage.
 

Environ trois millions de foyers français déménagent chaque année 

En 2016, un peu plus d’un Français sur dix (12%) a changé de logement et parmi eux, la quasi-totalité (77 %) avait moins de 35 ans. Les raisons de ce déménagement sont aussi bien personnelles que professionnelles. Près d’un Français sur deux (46%) a déménagé en 2016 pour des raisons personnelles : suivre son conjoint, mariage, divorce… et surtout achat de son propre bien immobilier, en général avec un crédit immobilier.
Plus de quatre sur dix (42%, +10 points en un an) ont changé de domicile pour des raisons professionnelles. Le changement de travail est en effet la motivation principale des 2036 personnes sondées (17%), une proportion en hausse de 6 points sur une année. Signe que l’économie va mieux.

Cette année, 15% des Français pensent déménager. Avec la reprise des transactions immobilières et l’augmentation du nombre de ventes dans l’ancien au premier trimestre, il y a fort à parier que le l’activité sera forte pour les entreprises de déménagement. Sans forcément aller très loin, le plus souvent le nouveau lieu de résidence des « déménageants » se trouve dans la région où ils habitent déjà! Sans surprise, et cette année encore, ce sont les locataires, population par nature plus mobile, qui envisagent le plus un déménagement (64%).

Pour aller où ?

La région française où l’on a le plus la bougeotte est Auvergne-Rhône-Alpes avec 18% de foyers ayant déménagé alors que la Bourgogne-Franche-Comté, sans doute plus casanière, arrive bonne dernière avec la palme de la sédentarité (seulement 7% de mobilité en 2016) !
L’an dernier les foyers les plus mobiles étaient ceux qui vivaient dans les agglomérations de moins de 100.000 habitants, avec plus d’un déménagement sur deux (52%). Cette année, les habitants des grandes villes pourraient les devancer, puisque c’est dans les grandes métropoles que les ventes de biens immobiliers ont été les plus actives, le taux d’endettement ayant très favorable pour les emprunteurs.

(source 7ème baromètre Ifop/Les déménageurs bretons)
 

12 Avr 2017

Ils nous ont fait confiance