En Île-de-France, les ventes chutent, mais les prix résistent

Evolution des prix de l'immobilier selon les notaires

Si la tendance est à la baisse pour les ventes de logements au cours du dernier trimestre 2021, les prix restent toujours à des niveaux élevés. Les prix des maisons augmentent, selon la note de conjoncture immobilière francilienne entre novembre 2021 et janvier 2022 des notaires du Grand Paris.

Immobilier francilien, les ventes baissent

L’activité du marché francilien de l’immobilier du début d’année est contrastée selon les notaires du Grand Paris. Entre novembre 2021 et janvier 2022, on compte 38 160 logements anciens vendus sur la région Île-de-France, soit une baisse de 14 % en comparaison à la même période un an auparavant. C’est le constat fait par la dernière note de conjoncture économique francilienne des notaires du Grand Paris arrêtée à fin janvier 2022. L’érosion est encore plus marquée pour les maisons individuelles qui enregistrent une baisse des ventes de 18 % en petite couronne et 21 % en grande couronne. Quant aux appartements, le nombre de transactions immobilières a reculé de 19 % en petite couronne et de 10 % en grande couronne. L’activité reste toutefois légèrement supérieure à la moyenne des dix dernières années, de l’ordre de 5 %. « Une évolution des ventes qu’il convient de suivre avec attention dans le contexte actuelle », précisent les notaires du Grand Paris.

La capitale résiste

L’activité a bien résisté dans la capitale avec un volume de vente qui est stable. Pour les notaires, l’accalmie des prix a redonné du pouvoir d’achat aux acquéreurs, ce qui explique en grande partie cette tendance. Côté prix, les notaires constatent une augmentation de 2,3 % sur la région francilienne, mais avec d’importantes variations selon les zones géographiques et le type de bien. Ainsi, les prix à Paris continuent d’afficher une tendance baissière de -1,6 % pour un mètre carré moyen de 10 570 €. En revanche, les prix sont en progression en grande couronne (+3,7 %) et en petite couronne (+1,3 % en un an). Au global, la hausse du prix des maisons s’élève à +6,5 % en un an, contre +0,3 % pour le prix des appartements en Île-de-France. J’aurais dû

Une tendance qui se confirme

Les tendances observées ces derniers mois semblent parties pour durer. C’est ce que révèlent les premiers avant-contrats répertoriés par les notaires du Grand Paris. Ainsi, le prix moyen du mètre carré à Paris devrait poursuivre sa chute pour s’établir à 10 440 €, en baisse de -1,6 %. À l’inverse, pour les petites surfaces situées de l’autre côté du périphérique, les prix continuent de grimper : +1,8 % pour les appartements en petite couronne et +3,9 % pour ceux situés en grande couronne. Quant aux maisons, les hausses de prix resteraient aux alentours de 7 % en petite et en grande couronne. Pour concrétiser un projet immobilier, la recherche d’une solution de financement est parfois complexe. C’est d’autant plus vrai avec le durcissement des conditions d’octroi de crédits imposés par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) ou encore l’augmentation des prix dans certaines régions. Faire appel à un courtier en crédit immobilier est judicieux pour optimiser ses chances d’obtenir le meilleur financement. Ce spécialiste du crédit analyse la situation ainsi que le projet de l’emprunteur puis l’oriente vers l’organisme qui propose la meilleure offre. Son expertise dans le domaine du prêt immobilier lui permet de négocier le meilleur taux mais pas que. Il se charge de négocier les indemnités de remboursement anticipé (IRA), le report d’échéances ou encore la modularité du prêt.

25 Avr 2022

Ils nous ont fait confiance