• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Devenir propriétaire, un projet intéressant pour 60 % des Français

08 Mars 2019
Devenir propriétaire, un projet intéressant pour 60 % des Français
Au regard du contexte national de ce début d'année, Nestenn, un réseau d'agences immobilières issu de la fusion de Solvimo et d'Avis-Immobilier, associé à l'Ifop, a souhaité prendre le pouls des Français en les interrogeant notamment sur leurs intentions de réaliser ou non un projet immobilier dans les mois qui viennent. Si près de 60% des Français pensent qu'il est intéressant d'acheter un bien immobilier en 2019, ils ne sont plus que 30% à réellement envisager un projet d'achat ou de vente cette année.

La morosité ressentie sur l'état global du pays ne semble pas atteindre l'intérêt que les Français portent à la réalisation d'un projet immobilier. Près de 6 personnes interrogées sur 10 considèrent qu'il est intéressant d'acquérir un bien en 2019 (58%); une tendance particulièrement prégnante chez les 18-24 ans, qui semblent encore très attachés à ce projet de vie (65%), les CSP+ (65%), les retraités (65%) et les habitants de la région parisienne (62%). « Bien que le climat actuel soit difficile et impacte naturellement la confiance des Français en l'avenir, l'acquisition d'un bien semble rester un projet intéressant pour une majorité d'entre eux, en particulier pour les jeunes générations. Dans un contexte d'incertitude, l'immobilier demeure un investissement pérenne pour bon nombre de Français », commente Olivier Alonso, Président de Nestenn.

La difficulté du passage à l'acte

En revanche, la propension s'affaiblit quand il s'agit de passer à l'acte : seulement 30% des Français envisagent un projet immobilier en 2019, même si les jeunes de moins de 35 ans (45%) et CSP+ (49%) sont encore une fois surreprésentés. Interrogés plus précisément sur leur projet, 25% des sondés déclarent vouloir acquérir un bien tandis que 17% ont l'intention de vendre, pouvant entraîner une tension sur le marché avec une pénurie d'offres.

Cette frilosité pourrait trouver racine dans les freins identifiés par les Français quant à la notion d'investissement dans l'immobilier : 45% d'entre eux pointent en premier la baisse du pouvoir d'achat et 18% le niveau des taxes pour les propriétaires. A Paris, par exemple, où les prix sont toujours en très forte progression, il faut dorénavant gagner 10.600 euros par mois avant impôts pour s'offrir 75 mètres carrés (en respectant un taux d'endettement de 33%).

S'adresser à des professionnels

Parmi les Français ayant un projet immobilier, une majorité d'entre eux a l'intention de recourir aux services d'un agent immobilier (62%). Ce constat, s'il peut paraître surprenant dans un contexte où le pouvoir d'achat est au coeur des revendications, peut s'expliquer par l'importance et la complexité que revêt un investissement dans l'immobilier. Pour Olivier Alonso, « il s'agit en effet d'un projet de toute une vie, permettant de se constituer un patrimoine sur le long terme, qui pourra être transmis aux générations futures ». Les Français ayant l'intention de recourir à un professionnel lui reconnaissent en effet plusieurs qualités : sa connaissance fine du marché (44%), son réseau (35%), ou encore la possibilité de lui déléguer les formalités administratives (40%) et de bénéficier au final d'un gain de temps (31%). L'aspect financier n'échappe pas non plus aux personnes interrogées : 31% souhaitent bénéficier de ses capacités de négociation et 28% s'assurer d'obtenir le meilleur prix à l'achat ou à la vente.

Alexandre Lefrançois
Directeur de l'animation du réseau franchisé
Alexandre LEFRANCOIS , a toujours évolué dans l'univers de la finance et du crédit immobilier (HSBC,UCB et GE MONEY BANK en tant que responsable de secteur sur le Val d'Oise). 2014, il décide de rejoindre le Groupe ACECREDIT d'abord comme Animateur de réseau puis aujourd'hui en tant que Directeur de l'animation du réseau franchisé afin de piloter son expansion et la croissance du chiffre d'affaires.