Crédit immobilier : quel avenir pour le taux fixe ?

Aujourd’hui, pas loin de 90% des crédits en France sont accordés à taux fixes. Quel avenir pour ce type de taux menacé ? Explications.


Le Comité de Bâle
, l’organisme chargé du contrôle bancaire international, souhaiterait que les banques augmentent leur marge de sécurité pour être en mesure de faire face efficacement aux risques inhérents aux variations de taux de crédit sur les marchés financiers.

Pour assurer cette marge de sécurité, le Comité de Bâle pourrait proposer début 2015 aux banques, sous la forme d’une recommandation, de purement et simplement supprimer les taux fixes. Les taux étant à l’heure actuelle historiquement bas, le comité de Bâle imagine une potentielle et vraisemblable remontée des taux fixes.

C’est dans ce contexte que Comité de Bâle souhaiterait que ce soit les particuliers plutôt que les banques qui supportent cette hausse à l’avenir, que ce soit les particuliers qui assument dorénavant le risque d’évolution des taux.

Fort heureusement pour les emprunteurs, les banques et tous les acteurs des marchés de l’immobilier et du crédit immobilier, ce n’est qu’une proposition et celle-ci ne recueille aucun échos favorable de qui que ce soit…

En effet pour les banques, les taux d’intérêt à taux fixe sont considérés comme un formidable produit d’appel. En outre, pour elles, une telle mesure déstabiliserait gravement le marché de l’immobilier qui commence juste à bénéficier de la baisse historique des taux. Les emprunteurs qui affectionnent particulièrement les taux fixes puisque 9 crédits sur 10 sont souscrits à taux fixe, ne voient pas du tout l’intérêt pour l’emprunteur d’une telle recommandation…

Défendons et profitons de cette exception française, car il n’existe pas beaucoup de pays qui pratiquent comme la France le système des taux fixes…

5 Déc 2014

Ils nous ont fait confiance