Cocon, patrimoine ou investissement : comment les Français perçoivent-ils le logement ?

Connaître la vision qu’ont les Français face aux différents enjeux concernant le logement aujourd’hui, c’est l’objet de l’étude semestrielle menée par Harris Interactive pour le réseau immobilier Guy Hoquet. Pour une majorité d’entre eux, leur foyer reste d’abord un cocon où l’on trouve refuge (58% des sondés), avant d’être un lieu de convivialité (34%) ou une résidence de famille à transmettre (19%). Signe des attaches émotionnelles à son logement, seuls 11% y voient « un placement avant tout ».

La matérialisation de son indépendance…

Le logement est l’étape indispensable vers l’indépendance, financière notamment, mais il y a de nombreux obstacles à franchir avant d’y accéder. Pour 68% des sondés, le fait de gagner son premier salaire en constitue en effet un symbole majeur de son indépendance. Immédiatement après ce volet financier, la notion d’indépendance se concrétise par l’accès au premier logement et à la liberté de déplacement : 42% citent ainsi le fait de louer son premier « chez-soi » et 40% celui d’obtenir son permis de conduire.

… qui n’est pas toujours aisée à obtenir

Mais voilà, 41% des Français déclarent cependant avoir déjà rencontré des difficultés pour se loger, avant tout lors de leurs études ou au moment de se mettre en couple (16%). Dans la plupart des cas, des contraintes d’ordre financier sont avancées en priorité (62% des Français ayant connu ce genre de difficulté avancent « un budget trop élevé par rapport à leur capacité financière »), loin devant les autres types de problèmes rencontrés. 

Certaines populations sont particulièrement concernées par les difficultés à trouver un logement. Il en est ainsi des plus jeunes, qui disent avoir rencontré ce type de problème notamment lors de leurs études ou dans le cadre d’une colocation. Le fait de vivre avec un ou des enfants augmente par ailleurs les risques d’avoir été confronté à des difficultés pour se loger, en particulier la possibilité de trouver un bien correspondant à ses critères, comme un nombre minimum de chambres.

Enfin, les habitants de la région parisienne sont également plus concernés que la moyenne, mettant notamment en avant les conditions d’octroi du logement trop restrictives (43% de ceux qui ont connu des difficultés déclarent avoir rencontré cet obstacle).

L’achat d’une résidence principale est l’investissement immobilier qui séduit le plus les Français : 56% d’entre eux déclarent avoir déjà acheté leur résidence principale et 15% envisagent de le faire. Les autres formes d’investissement sont en revanche minoritaires. L‘âge idéal pour acheter son premier logement serait entre 25 et 34 ans (ce que les principaux concernés ne contestent d’ailleurs pas, puisque 70% des personnes âgées de moins de 35 ans fixent cet âge idéal de premier achat à ce moment de la vie).

Un patrimoine qui se transmet

Le logement est avant tout considéré comme un bien qu’il convient de préserver pour le léguer à ses enfants pour près de 3 Français sur 4 (73%). Il apparaît ainsi, aux yeux d’une majorité, comme un patrimoine familial qui doit être transmis d’une génération à l’autre. Les Français ayant aujourd’hui au moins un enfant au foyer se montrent par ailleurs partagés entre l’envie d’accueillir le plus longtemps possible leurs enfants jusqu’à ce qu’ils puissent financer eux-mêmes leur logement (47%), et celle de les aider financièrement pour les aider à se loger quand ils en auront besoin (40%).
 

24 Juin 2018

Ils nous ont fait confiance