• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Après le bac, un logement étudiant. Achat ou location ?

24 Juin 2018
Après le bac, un logement étudiant. Achat ou location ?
Les épreuves du bac viennent à peine de s'achever que de nombreux parents savent déjà que la recherche d'un logement pour leur futur étudiant, avec de préférence un loyer raisonnable, est la prochaine étape qui les attend avant la période de grandes vacances bien méritées pour tous. 

Chambres du CROUS saturées ou résidences étudiantes aux loyers élevés, ils vont être nombreux à faire le choix de se tourner vers la location auprès d'un bailleur privé. Ou, compte tenu de des sommes en jeu et des conditions de crédit très favorables, préférer réaliser un investissement immobilier et acheter directement, sachant qu'en moyenne, d'après une étude de LocService.fr, spécialiste indépendant de la location entre particuliers, un étudiant devra payer dans le parc privé classique 499 euros par mois, charges comprises, pour louer un studio en France. Mais l'écart entre Paris et les plus petites villes universitaires se creuse.

Paris hors norme


Sans surprise, Paris, prisée par 16 % des étudiants qui cherchent à s'y installer en raison de son dynamisme et de sa concentration d'universités et d'écoles, remporte la palme du loyer moyen des studios le plus élevé : 842 € pour un studio intra-muros. D'ailleurs, 9 des 10 villes étudiantes les plus onéreuses se trouvent en région parisienne avec des loyers souvent bien plus élevés que dans d'autres grandes villes de province. En dehors de l'Ile-de-France, les villes étudiantes les plus chères pour louer un studio restent Nice, Lyon, Villeurbanne, Bordeaux, Aix-Marseille, Montpellier et Lille. Les étudiants de Poitiers, Brest ou Le Mans sont plus chanceux : ils payent ainsi leur studio 60% moins cher que les étudiants parisiens.

De préférence un studio

Plus de la moitié (56 %) des étudiants à la recherche d'une location veut se loger en priorité dans un studio indépendant, dont le prix moyen de la location s'établit à 499 € par mois pour une surface de 24 m². Des loyers très fluctuants d'une ville à l'autre : moins de 350 € pour Saint-Étienne, Limoges ou Brest, plus de 600 € en région parisienne avec un pic dépassant 800 € dans la capitale. 
Alternative déjà choisie par 21% des étudiants, la colocation permet de réaliser des économies non négligeables. Un logement partagé par plusieurs colocataires revient ainsi en moyenne à 421 € par mois charges comprises. Au-delà du loyer, c'est tout le budget (factures, charges locatives, plomberie, dépannage...) qui est divisé entre les étudiants partageant le même logement. Autre avantage significatif: pour un loyer similaire, une colocation offre un plus grand espace à vivre qu'un studio ou un appartement loués en individuel.

Acheter ?

La décision d'investissement va dépendre du lieu et de la durée des études envisagées ainsi que de la mobilité demandée au futur étudiant. Dans certaines villes, le coût d'une location pour un cursus long (5 ans) peut avoisiner la moitié du prix d'achat du même logement. Acheter devient ainsi une opération plus rentable que d''avoir recours à la location, si cela optimise et rentabilise les frais supposés être avancés pour le logement étudiant.

Dans le cas d'une location, il est à noter que depuis le 24 mai dernier, l'accès à Visale, le service de caution gratuit géré par Action Logement garanti par l'Etat, a été élargi à tous les jeunes jusqu'à leurs 30 ans sans aucune condition liée à leur situation (étudiants boursiers ou non, demandeurs d'emploi, salariés...).
 

Franck LEVY
Directeur Général

Frank Levy, juriste de formation, titulaire d'un DEA de droit du travail (La Sorbonne) débute sa carrière dans la sphère immobilière et devient rapidement directeur d’agence immobilière. Par la suite, il participe au lancement de la franchise d’agence immobilière Guy Hoquet. En 1995, une rencontre décisive avec Joël Boumendil va le convaincre de participer à la création d’acecredit en tant que conseiller financier en crédit immobilier au sein de l'agence de Levallois-Perret. Dès 2001, il nommé directeur commercial pour accompagner le développement rapide du groupe acecredit.fr. En charge du recrutement, de la formation et de l'animation des équipes commerciales présentes en agences, il participe en 2008 à la mise en place de la franchise, nouveau relais de croissance d’acecredit, avec la volonté absolue de privilégier avant tout la qualité de la relation client sur l’aspect purement technique du crédit immobilier et de l’assurance emprunteur. Depuis 2014, il est Directeur Général du groupe acecredit pour prendre en charge et structurer l’ensemble des activités. L’entrée dans le capital de l’investisseur Edmond de Rothschild Investment Partner va lui permettre d’accélérer le maillage de l'enseigne en France, tant à travers des succursales que des franchises.

Ses compétences et son savoir-faire professionnel, sa grande expérience du terrain le positionnent aujourd’hui comme un auteur de référence au sujet du crédit immobilier en France et du management de réseau. Il est convaincu que la création d’une relation humaine solide, basée sur le professionnalisme et la confiance entre le courtier, le banquier et les clients d’acecredit est la pièce maîtresse dans le dispositif d’obtention de crédit immobilier et le gage d’un partenariat gagnant-gagnant sur le long terme. Pour lui, plus que la recherche du crédit immobilier le moins cher pour lui même, c’est l’écoute, la confiance et l’accompagnement des clients jusqu’à la signature chez le notaire qui vont faire toute la différence.