4,5 mois pour devenir enfin propriétaire !

Pour la quatrième année consécutive, le Crédit Foncier a réalisé une étude mesurant le parcours d’acquisition de la résidence principale et les écarts entre ”le rêve et la réalité” auprès de 7 000 ménages qui ont cherché au cours des douze derniers mois à acquérir un logement.

Quatre mois et demi de recherche en moyenne

En moyenne, les personnes en recherche d’une résidence principale attendent 4 mois et demi (4,4 mois) avant de signer un compromis, soit une durée quasiment identique à celle enregistrée au cours des deux dernières années (4,5 mois en 2016 et 4,4 mois en 2015). Cette durée était de 7 mois trois ans auparavant (en 2014).

En raison probablement d’une offre plus abondante, la durée de recherche est plus courte dans les grandes agglomérations (+ de 100 000 habitants) soit 4,1 mois en moyenne. Lorsqu’ils ont conclu l’achat de leur résidence principale, les ménages ont visité en moyenne près de 6 biens (un chiffre également identique à celui enregistré lors des enquêtes de 2016 et 2015).

Le nombre moyen de visites est plus important dans les grandes agglomérations: il est de 6,5 biens pour les communes de plus de 50 000 habitants contre 5,3 biens visités pour les communes de moins de 5 000 habitants. La situation familiale ne semble pas influer sur le nombre moyen de visites effectuées avant de choisir son bien.

Un acquéreur sur cinq a dépassé son budget initial

Les accédants à la propriété ont dépensé 176 000 euros pour acquérir leur résidence principale. En moyenne, le montant de la transaction est de 2 % supérieur à celui souhaité au départ. Ce dépassement, en moyenne de 13 % au regard de leur budget initial, soit un montant de 22 000 euros, est financé en rallongeant la durée de leur prêt (36%) ou en augmentant les mensualités (36%), plutôt qu’en puisant dans leur épargne (32%).

Dans un cas sur deux, la transaction s’est faite après avoir obtenu une baisse de prix ! En effet, près de 55 % des personnes ayant effectué une acquisition indiquent avoir négocié une baisse de prix. Cette baisse équivaut à une diminution moyenne de 6 % (-7 % en 2015) du prix de vente initialement réclamé par le vendeur.
 

27 Juin 2017

Ils nous ont fait confiance