Taux immobilier octobre 2019

1 % sur (presque) toutes les durées, la situation est historique. Jusqu'à quand ?

Taux sur 7 ans
0.07%
Taux le plus bas
0.60%
Taux moyen*
Taux sur 10 ans
0.27%
Taux le plus bas
0.75%
Taux moyen*
Taux sur 15 ans
0.52%
Taux le plus bas
0.95%
Taux moyen*
Taux sur 20 ans
0.66%
Taux le plus bas
1.10%
Taux moyen*
Taux sur 25 ans
0.76%
Taux le plus bas
1.35%
Taux moyen*

En septembre, les taux de crédit immobilier ont poursuivi leur dynamique baissière, entamée il y a plusieurs mois. Les emprunteurs français peuvent désormais obtenir facilement des taux inférieurs à 1 % (hors assurance) sur toutes les durées d’emprunt, surtout avec un très bon dossier.

Comme prévu par les acteurs du financement de l’habitat, la plupart des banques ont décidé de baisser une nouvelle fois leurs taux immobiliers et ont gardé grand ouvert le robinet du crédit. Le baromètre détaillé d’Ace Crédit le confirme encore une fois, il affiche des taux inférieurs à 1% pour des durées d’emprunt allant de 7 à 15 ans. Dans le détail, les taux moyens obtenus pour sa clientèle restent globalement stables par rapport à début septembre et s’échelonnent de 0,75 % sur 10 ans, 0,95% sur 15 ans, 1.10 % sur 20 ans à 1.35 % sur 25 ans. Les meilleurs profils – apport et revenus élevés – vont logiquement bénéficier des meilleurs taux : 0,27 % sur 10 ans, 0,52 % sur 20 ans, 0,66 % sur 20 ans et 0,76 % sur 25 ans (hors assurance). Avec même un taux record absolu de 0.07% sur 7 ans !

En huit ans, le coût du crédit a ainsi baissé de 30% avec pour effet immédiat de renforcer le pouvoir d’achat des particuliers. En raison de la politique très favorable de la BCE (Banque Centrale Européenne), les établissements bancaires sont devenus de plus en plus conciliants pour prêter de l’argent. Les futurs acheteurs qui ont compris que le crédit immobilier est plus que jamais utilisé comme produit d’appel pour attirer et fidéliser de nouveaux clients, sont les grands gagnants de cette situation jamais vue.

Ces conditions de crédit exceptionnelles profitent aussi aux ménages qui ont déjà un emprunt immobilier en cours. La baisse observée ces autres derniers mois a donné envie à certains de renégocier leur contrat. Cette démarche est surtout opportune si l’écart est d’au moins 0.80% entre le taux initialement contracté et celui de l’offre du marché, le jeu de la renégociation consistant bien sûr à obtenir de sa banque ou d’une autre des conditions de financement plus favorables que celles déjà obtenues. Depuis cet été, les établissements bancaires voient donc revenir cette vague de demandes de rachat pour obtenir un meilleur taux permettant d’alléger le montant des mensualités, de raccourcir la durée de l’emprunt et dans l’idéal, de faire les deux.

Attention cependant à l’effet fin d’année. Les banques arrivent au bout des objectifs de production de crédits qu’elles s’étaient fixées et avec des niveaux de marge aussi faibles, elles n’ont pas forcément envie d’en faire plus que prévu. Certaines d’entre elles prévoiraient déjà de moins prêter l’an prochain pour mobiliser plus de fonds propres en face des prêts immobiliers qu’elles accordent et répondre ainsi favorablement à la pression des autorités régulatrices. La question s’était déjà posée ainsi fin 2018 mais dans les faits, les banques ont continué à prêter massivement dès janvier 2019. Il est fort possible que ce scénario soit à nouveau d’actualité cette année.

Ils nous ont fait confiance