Taux immobilier mai 2019

Les taux crèvent le plancher !

Taux sur 7 ans
0.15%
Taux le plus bas
0.70%
Taux moyen*
Taux sur 10 ans
0.50%
Taux le plus bas
0.85%
Taux moyen*
Taux sur 15 ans
0.75%
Taux le plus bas
1.15%
Taux moyen*
Taux sur 20 ans
0.95%
Taux le plus bas
1.35%
Taux moyen*
Taux sur 25 ans
1.20%
Taux le plus bas
1.55%
Taux moyen*

Exceptionnels depuis plusieurs mois, les taux et conditions de prêt profitent en grande majorité aux primo-accédants.

En fin d’année dernière, le monde de l’immobilier était (quasi) unanime: les taux de crédit ne remonteront pas avant l’été 2019. Prédiction en voie d’être réalisée : non seulement aucune hausse ne se dessine à l’horizon depuis deux mois mais au contraire les baisses s’enchaînent et se répètent alors même que les taux évoluent à des niveaux déjà très bas. Toutes durées confondues, le taux de crédit moyen (1,35%) frôle le plus bas historique atteint en novembre 2016 (1,33%), selon l’observatoire Crédit Logement/CSA (voir ci-dessous).

Pas de remontée donc en mai pour les taux de crédits immobiliers qui restent au plus bas. Durant cette période, les crédits négociés par le courtier Ace Crédit ont d’ailleurs eux aussi largement battu des records. Les taux les plus bas pour les meilleurs dossiers (épargne élevée, revenus réguliers, forte capacité à épargner…) ont atteint – on peine à y croire – 0,50 % sur 10 ans, 0,75 % sur 15 ans (soit quinze points de moins qu’en octobre 2016), 0,95% sur 20 ans et 1,20% sur 25 ans. Et un incroyable 0,15 % sur 7 ans !

L’habituelle dynamique du printemps vient encore renforcer ce mouvement. Durant cette saison, les acquéreurs préparent leur projet immobilier pour déménager pendant l’été et être installés à la rentrée scolaire. La concurrence entre les établissements bancaires est y est donc d’autant plus exacerbée.

Notons également que l’écart entre les taux les plus bas et les plus hauts se resserre, signe d’une réelle volonté des banques d’attirer une clientèle moins aisée, qui emprunte sur des durées plus longues, notamment celle des primo-accédants, une cible qui a le vent en poupe auprès des banquiers et à qui il est fortement conseillé d’étudier maintenant le financement de tout projet d’acquisition via un spécialiste du crédit.

Si l’on en croit la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque de France, cette tendance baissière pourrait se prolonger au-delà de 2019. La BCE n’a pas prévu d’augmenter ses taux d’intérêt avant au moins fin 2019. Le seuil symbolique de 1,00 % pourrait être atteignable dans les prochaines semaines.

Ils nous ont fait confiance