Taux immobilier juillet – août 2019

Taux en baisse : des conditions estivales à saisir sans modération !

Taux sur 7 ans
%
Taux le plus bas
%
Taux moyen*
Taux sur 10 ans
%
Taux le plus bas
%
Taux moyen*
Taux sur 15 ans
%
Taux le plus bas
%
Taux moyen*
Taux sur 20 ans
%
Taux le plus bas
%
Taux moyen*
Taux sur 25 ans
%
Taux le plus bas
%
Taux moyen*

Après des chiffres records constatés en juin, les taux de crédits immobiliers continuent d’être orientés à la baisse. Jamais ils n’ont été aussi bas, en particulier sur les durées de 25 ans et 30 ans.

Des taux immobiliers qui battent des records, des durées de crédits qui s’allongent, des critères d’octroi plus souples, des conditions accommodantes de refinancement des banques et de forte concurrence avant la pause estivale : le marché des prêts bancaires destinés à l’habitat particulier a rarement été si favorable aux futurs acquéreurs.

Grâce à la chute des taux directeurs, indicateurs de référence pour déterminer les taux applicables aux crédits immobiliers, qui flirtent avec les 0 % (!), les établissements bancaires peuvent continuer en effet à diminuer leurs conditions d’emprunts pour atteindre leurs objectifs commerciaux avant la période des congés, peu favorable aux transactions immobilières. Résultat, les taux moyens (hors assurance), relevés début juillet par les agents du réseau de courtage Ace Crédit, étaient tous en recul, pour atteindre 1,10 % sur 15 ans, 1,25 % sur 20 ans, 1,45 % sur 25 ans et 1,80 % sur 30 ans. Des conditions déjà excellentes, qui n’empêchent pas les meilleurs dossiers d’accéder à des taux encore inférieurs : 0.90 % sur 20 ans et 1% sur 25 ans !

Les conditions d’emprunts, qui frisent le jamais vu pour l’ensemble des acteurs du marché immobilier, restent exceptionnellement favorables en juillet 2019, en raison notamment de l’allongement de la durée du crédit et de la nette diminution du niveau d’apport demandé par les banques. Une aubaine pour les primo-accédants qui peuvent ainsi absorber plus facilement la hausse des prix de l’immobilier dans les zones tendues, par rapport au mois précédent, à l’exception de Paris ou de Marseille. Vigilance pourtant pour les porteurs de projets immobiliers à venir : même si les banques vont continuer de bénéficier d’un refinancement à bon marché auprès de la Banque centrale européenne (BCE), la baisse des taux immobiliers n’est pas extensible à l’infini, comme d’ailleurs l’allongement du crédit. Il faut donc s’attendre à une stabilisation des conditions d’octroi du crédit dans les prochains mois, mais sur des bases toujours aussi avantageuses et au meilleur taux possible.

Ils nous ont fait confiance