Vue sur mer : le critère qui fait exploser les prix

Le bassin d'Arcachon devient aussi cher que la cote d'Azur

Le marché de l’immobilier est sans doute l’un des rares à ne pas avoir été touché par la crise sanitaire, notamment dans le domaine des biens de luxe en bord de mer. Les prix des maisons, villas et appartements bénéficiant d’une vue sur la mer connaissent même une croissance forte.

Maison avec vue sur mer : des prix en hausse de 34 % en moyenne

Malgré la fréquentation moindre de la clientèle étrangère, l’immobilier de prestige reste une valeur sûre en 2021, avec une hausse des prix d’environ 1 % et un prix moyen au m² de 8 871 € selon SeLoger. C’est sur le littoral que le montant des transactions connaît sa plus forte progression, notamment sur la façade atlantique (Gironde +55 %, Pyrénées-Atlantiques +45%).

Les maisons, villas et appartements bénéficiant d’une vue sur la mer voient par ailleurs leurs prix bondir d’environ 34 %, qu’ils se situent sur la façade méditerranéenne ou atlantique. Un bien situé sur cette dernière en première ligne peut même voir son prix augmenter de moitié (+56 %). La côte de la Manche n’est pas en reste : des biens avec vue sur mer se sont récemment négociés à plus de 10 000 € le m² en Normandie ou à Saint-Malo. Selon le Crédit Mutuel Océan, une vue sur la mer sur la Côte d’Azur peut justifier une augmentation du mètre carré de 800 à 2 000 €.

Investir dans un bien avec vue sur mer avec le prêt in fine

La pierre reste un investissement prisé des acquéreurs et elle est même encore plus attractive depuis la crise. L’immobilier est un placement sécurisé et garanti, car on aura toujours besoin de se loger.

Le prêt in fine est idéal pour ceux qui souhaitent investir dans un bien avec vue sur mer afin de le mettre en location. Ce type de crédit permet d’optimiser fiscalement l’investissement, notamment pour les personnes assujetties à l’impôt sur les fortunes immobilières. En effet, le prêt in fine consiste à rembourser le capital à la dernière échéance, tandis le long du crédit ne sont remboursés que les intérêts. Ces derniers étant déductibles des revenus locatifs, l’opération est intéressante..

Ce prêt est donc particulièrement adapté à l’investissement locatif, mais nécessite de disposer d’un capital suffisant en apport (jusqu’à 50 %). De plus, il n’est accordé qu’aux emprunteurs présentant de solides garanties.

26 Juil 2021

Ils nous ont fait confiance