Un an pour trouver sa résidence principale

Une étude du Crédit Foncier auprès de 2 000 ménages et dédiée au parcours d’acquisition de la résidence principale souligne la fluidité retrouvée du marché immobilier en 2016. Cette enquête riche d’enseignements met en avant plusieurs indicateurs intéressants.

DURÉE DU PARCOURS D’ACQUISITION :
QUATRE MOIS ET DEMI

Il faut 4,5 mois en moyenne pour que les personnes en recherche d’une résidence principale signent  un compromis, contre 7 mois en 2014. Les acheteurs visitent en moyenne au moins 6 biens avant de passer à l’acte.
 

MAISON OU APPARTEMENT ?

Fort logiquement, le désir d’une maison dépend de la taille de la commune dans laquelle on souhaite habiter : la recherche d’une maison est plébiscitée par 87 % des futurs acquéreurs dans des communes de moins de 5000 habitants contre 34 % pour les villes de plus de 100 000 habitants.
 

QUEL EST LE LOGEMENT IDÉAL ?

Quatre caractéristiques sont tout particulièrement recherchées (par ordre croissant) : le nombre de pièces, la superficie du logement, l’emplacement géographique et enfin un balcon ou un jardin. D’autres caractéristiques dépendent de la région concernée ou du profil des acheteurs. Comme, par exemple, la proximité de transports en commun pour Paris et dans la petite couronne, ou la proximité d’écoles naturellement recherchée par les familles avec enfants.
 

RECHERCHE : UN AN POUR 7 PERSONNES SUR 10

70 % des répondants sont devenus propriétaires en moins d’un an. Ils n’étaient que 53 % il y a deux ans (enquête 2014), puis 67 % (+14 points) lors de l’enquête 2015. Le marché paraît donc plus détendu, et ce quelle que soit la région ou la taille de l’agglomération. Les moins de 30 ans sont les plus nombreux à avoir trouvé un logement (80 %) contre 63 % pour les ménages de 41 à 50 ans. Ces différences s’expliquent par des exigences plus fortes (présence d’enfants, proximité avec le lieu de travail par exemple) pour certaines générations.

INTERNET : UN OUTIL INCONTOURNABLE

La quasi-totalité (96 %) des personnes interrogées a eu recours à internet pour la consultation des annonces (82 %) et la recherche d’un crédit immobilier (55 %).
 

UNE BAISSE DE PRIX OBTENUE DANS 6 CAS SUR 10

61 % des personnes (63 % en 2015, 65 % en 2014) ayant fait une acquisition indiquent avoir négocié une baisse de prix. Cette baisse équivaut à une diminution moyenne de 7 % (égale à celle constatée en 2015) du prix de vente initialement réclamé par le vendeur.
 

DÉPASSEMENT DE BUDGET INITIAL
POUR 1 ACQUÉREUR SUR 5

Pour acheter, 21 % des personnes interrogées (23 % en 2015 et 29 % en 2014) disent avoir dépassé leur budget, avec un dépassement moyen de 10 %. Et c’est en Ile-de-France que la nécessité d’aller au-delà du budget initial est la plus importante, soit pour un quart des acquéreurs de la grande couronne. Le financement du dépassement du budget initial s’effectue en augmentant la durée et / ou les mensualités du prêt et en recourant à l’épargne. 
 

FAIRE DES CONCESSIONS

44 % des personnes ont fait des concessions par rapport au projet initialement envisagé. Elles portent sur la taille du logement (34 % achètent plus petit) et à l’éloignement géographique au regard de la zone recherchée (32 % se sont éloignés).

 

 

13 Déc 2016

Ils nous ont fait confiance