Mettre en location sa maison de vacances, une bonne idée ?

On peut imaginer que cela va renforcer la détermination de certains en ces temps de période estivale quasi caniculaire : quatre Français sur dix adoreraient avoir une maison de vacances, selon les résultats d’une étude publiée mi-juin par le cabinet Elabe pour le compte du Crédit Foncier. Mais attention à ne pas sous-évaluer son entretien annuel. La location est une solution idéale pour atténuer les frais sous réserve de respecter quelques astuces pour rendre son bien attractif.

Amoindrir les charges

Pour les heureux propriétaires d’une résidence secondaire (75 % d’entre eux l’ont acheté avec leurs propres deniers, seuls 25 % en ont hérité), cet achat plaisir peut se révéler plus couteux que prévu. Charges d’entretien et/ou de copropriété, assurance, impôts locaux en forte hausse, autant de dépenses annuelles à prévoir qu’il est possible de faire diminuer en recourant à la location à une période de l’année où la demande est forte (l’été pour une station balnéaire, l’hiver pour la montagne). Un bien se louera à la semaine par exemple sur la côte atlantique entre 600 et 800 euros pour un T2 bien placé et jusqu’à 2.000 euros pour une grande maison de standing. De quoi générer des revenus d’appoint et financer certains frais fixes.

Attention : la location sera peu rentable pour les propriétaires ayant acheté récemment avec un crédit immobilier à rembourser. Le rendement brut de cette opération sera faible, de l’ordre de 1 à 2 % pour quelques semaines de location en haute saison.

Optimiser la location

Toutefois, la maison ou l’appartement doit être en bon état, décoré et meublé avec goût et bien sûr parfaitement équipé avec le maximum de confort et de l’électro-ménager en état de marche, sans oublier la connexion Internet, devenue indispensable. Petit plus : une place de parking dédiée qui va offrir la possibilité de faire l’essentiel des déplacements à pied ou en vélo.

S’occuper des départs et les arrivées des locataires tout au long de l’été n’est pas réalisable si le propriétaire n’est pas sur place. Il faut ainsi utiliser les services d’une agence immobilière locale et d’une femme de ménage, ce qui va générer des frais qu’il ne faudra pas oublier d’imputer au tarif demandé pour la location, lui-même à moduler selon les périodes d’affluence. Enfin, il faudra aussi déclarer au fisc la totalité des montants encaissés dans le cadre d’une location saisonnière via une agence immobilière ou avec des plateformes de location directe type Airbnb ou Abritel.

3 Août 2018

Ils nous ont fait confiance