• Simulation en
    moins de 3 min
    Vous avez besoin d'un prêt immobiler
    au meilleur taux ?
    Offre 100% personnalisée Offre 100%
    personnalisée
    Réponse rapide en 24h Réponse rapide
    en 24h
     
    Meilleurs taux* Meilleurs
    taux*
    Plus de 100 banques partenaires Plus de 100 banques
    partenaires
    *Voir conditions auprès de nos conseillers

Logements neufs : hausse des prix et baisse des ventes

24 Mai 2018
Logements neufs : hausse des prix et baisse des ventes
Au 1er  trimestre 2018, la demande en logements neufs est restée forte, mais les prix ont grimpé, impactant ainsi le pouvoir des ménages.Selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) qui vient de publier ses chiffres du 1er trimestre 2018, les indicateurs du logement neuf sont satisfaisants en niveau, mais commencent à accuser une baisse. Les ventes sont certes stables sur 12 mois glissants, mais ralentissent en début d'année (-10,2 %), et les mises en vente marquent le pas (-14 %) du fait d'une offre toujours trop contrainte. «Le premier trimestre marque une pause », commente Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. « Nous espérons que la loi logement permettra de libérer l'offre de logements.».

Bien, mais peut mieux faire

Malgré le recul des réservations de logements neufs, près de 31 500 unités ont été vendues, un niveau en baisse par rapport à 2017 (année exceptionnelle pour tout le marché immobilier), mais néanmoins supérieur à celui enregistré en 2016.

Ce ralentissement en début d'année concerne particulièrement les ventes en bloc (-19,3 %), après une année 2017 où leur forte croissance (+30,5 %) avait porté l'augmentation globale des ventes (+5,9 %). La FPI avance une double explication à ce recul : une baisse conjoncturelle après de fortes ventes aux organismes HLM en fin d'année 2017 et la réorganisation en cours du secteur HLM réclamée par le gouvernement et qui reconfigure sa politique d'investissement. L'aboutissement de cette réforme permettra sans doute d'atteindre les objectifs de production.

Les ventes au détail, quant à elles, baissent de 9,4 % par rapport au premier trimestre 2017, après une année de quasi stabilité (à peine + 1,1 %). La demande des particuliers reste encore forte (25 826 logements vendus sur 3 mois), mais se tasse sur tous les fronts, chez les investisseurs (-7,4 %) et chez les accédants (-11,4 %), malgré des taux en faveur des futurs acquéreurs. L'explication est probablement à rechercher dans le niveau des prix, qui augmente de 3 % par rapport au premier trimestre 2017, dans un discours ambiant de stigmatisation de l'immobilier avec la création de l'IFI, et dans un contexte plus général d'attentisme face à la loi ELAN.

Le stock diminue

La baisse des mises en vente est particulièrement marquée dans certaines grandes agglomérations et dans certaines régions parmi les plus tendues : - 56 % à Lyon, -50 % en Ile de France et dans les Alpes, -35 % dans les Hauts de France.

Moins alimenté par de nouveaux projets, le stock de logements disponibles à la vente reste trop faible : l'offre commerciale ne représente toujours que 9,8 mois de commercialisation, quand on estime qu'il faudrait 12 mois pour avoir un marché qui s'équilibre entre offre et demande. Certains territoires parmi les plus tendus sont même nettement en-deçà : 6,9 mois en Nouvelle-Aquitaine, 7,8 mois dans les Hauts de France, 8 mois à Lyon, 8,6 mois en Occitanie Méditerranée.

Selon Alexandra François-Cuxac, « les promoteurs veulent produire davantage pour mieux satisfaire la demande, en termes de quantité, de localisation et de prix, mais ils constatent aujourd'hui que les problèmes de permis de construire, de normes et de recours réduisent de plus en plus leur capacité à mettre des logements en chantier ». La présidente de la FPI proposera, dans le cadre du projet de loi de finances 2019, une aide aux maires bâtisseurs alimentée par la TVA immobilière que la FPI souhaite voir baisser de 20% à 10%.

Franck LEVY
Directeur Général

Frank Levy, juriste de formation, titulaire d'un DEA de droit du travail (La Sorbonne) débute sa carrière dans la sphère immobilière et devient rapidement directeur d’agence immobilière. Par la suite, il participe au lancement de la franchise d’agence immobilière Guy Hoquet. En 1995, une rencontre décisive avec Joël Boumendil va le convaincre de participer à la création d’acecredit en tant que conseiller financier en crédit immobilier au sein de l'agence de Levallois-Perret. Dès 2001, il nommé directeur commercial pour accompagner le développement rapide du groupe acecredit.fr. En charge du recrutement, de la formation et de l'animation des équipes commerciales présentes en agences, il participe en 2008 à la mise en place de la franchise, nouveau relais de croissance d’acecredit, avec la volonté absolue de privilégier avant tout la qualité de la relation client sur l’aspect purement technique du crédit immobilier et de l’assurance emprunteur. Depuis 2014, il est Directeur Général du groupe acecredit pour prendre en charge et structurer l’ensemble des activités. L’entrée dans le capital de l’investisseur Edmond de Rothschild Investment Partner va lui permettre d’accélérer le maillage de l'enseigne en France, tant à travers des succursales que des franchises.

Ses compétences et son savoir-faire professionnel, sa grande expérience du terrain le positionnent aujourd’hui comme un auteur de référence au sujet du crédit immobilier en France et du management de réseau. Il est convaincu que la création d’une relation humaine solide, basée sur le professionnalisme et la confiance entre le courtier, le banquier et les clients d’acecredit est la pièce maîtresse dans le dispositif d’obtention de crédit immobilier et le gage d’un partenariat gagnant-gagnant sur le long terme. Pour lui, plus que la recherche du crédit immobilier le moins cher pour lui même, c’est l’écoute, la confiance et l’accompagnement des clients jusqu’à la signature chez le notaire qui vont faire toute la différence.