Les bons calculs immobiliers : ACE Crédit fait le point sur les taxes et impôts liés aux plus-values, notamment pour les résidences secondaires.

En matière d’immobilier, pour faire des bénéfices sur une vente, encore faut-il vendre au bon moment et prendre en compte les taxes immobilières françaises, et notamment les plus-values qui peuvent rogner considérablement sur les éventuels profits.

L’impôt sur les plus-values, qu’est-ce que c’est ?
Si vous vendez votre bien en réalisant une plus-value, autrement dit, un gain par rapport au prix d’achat, vous serez soumis à l’impôt sur les plus-values. Ces plus-values concernent notamment les résidences secondaires, la vente des résidences principales étant exonérée de cet impôt. Le taux d’imposition de ces plus-values est de 34,5 %, avec un taux de base de 19 % et des prélèvements sociaux de 15,5 %. 

Plus-values et résidence secondaire : quel est le bon moment pour vendre ?
Si vous choisissez de vendre votre bien immobilier au bout de 22 ans de propriété, vous pourrez bénéficier de l’abattement total de l’impôt. Avant ces années, vous bénéficierez d’un abattement de 6 % par année de détention du bien sur le taux de base de 19 %, à partir de la 6e année seulement. 

Plus-values et prélèvements sociaux
Toutefois, il faut compter aussi sur les prélèvements sociaux, avec 15,5 % de CSG et CRDS. Pour ces derniers, il vous faudra attendre 30 ans de détention pour ne plus avoir à les payer. Avant cela, vous pourrez compter sur un abattement de 1,65 % de la 6e à la 21e année, de 1,60 % la 22e année et de 9 % après la 22e année. 

Plus-values et surtaxes
Notez qu’il faut encore comptabiliser une surtaxe de l’ordre de 2 à 6 % concernant les plus-values de plus de 50 000 euros. Autant dire qu’au moment de votre achat immobilier, tout comme au moment de sa revente, il est important d’effectuer des calculs précis, afin de prévoir l’impôt sur les plus-values qui vous sera réclamé. N’hésitez pas à vous faire accompagner, pour être sûr de votre calcul, en vous adressant aux conseillers ACE crédit dans l’agence la plus proche de chez vous.

Plus-values et résidence secondaire : une exception confirme la règle !
Il est toutefois possible d’être exonéré de l’impôt sur les plus-values si vous utilisez le bénéfice acquis lors de votre résidence secondaire afin d’acheter votre résidence principale.

21 Sep 2015

Ils nous ont fait confiance