Les 3 enseignements du marché immobilier en 2020

Analyse du pouvoir d'achat et des prix de l'immobilier

Ils sont au cœur des transactions immobilières sur le territoire hexagonal : les Notaires de France ont publié leur note de conjoncture de janvier 2021. Elle éclaire sur l’évolution du marché immobilier en 2020, loué pour sa résilience bien aidée par les taux bas.

Le pouvoir d’achat immobilier n’est pas le même dans toute la France

Depuis 1999, le pouvoir d’achat immobilier des Français a chuté de 13%. Cependant, cette baisse globale comprend une phase de hausse entre 2011 et 2019, avec des possibilités d’achat autour de 90 m², soit +49% depuis la crise économique de 2008. Sans surprise, ce sont les régions à forte attractivité immobilière qui connaissent l’évolution la plus faible de leur pouvoir d’achat : Île-de-France en tête, suivie de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) avec 50 à 60 m². En revanche, pour les habitants des zones Nord-Est et Limousin, le pouvoir d’achat immobilier connaît une évolution supérieure à +70 % (hors Alsace), avec des surfaces allant de 148 m² en Bourgogne à 176 m² dans le Limousin !

Les villes moyennes affichent de belles performances

Avec les confinements liés à la crise sanitaire, de nouveaux comportements ont vu le jour. Le désir d’un cadre de vie calme et confortable, renforcé par la démocratisation du télétravail, a boosté les projets d’acquisition dans les villes de province ou situées dans la grande couronne parisienne. Dans le même temps, huit métropoles ont rejoint l’expérimentation d’encadrement des loyers, avec pour conséquence, un rendement potentiellement moins élevé pour les propriétaires-bailleurs d’un bien situé à Lyon, Bordeaux, Montpellier ou encore Grenoble. En somme, il apparaît de plus en plus raisonnable d’investir dans une ville de taille moyenne pour pouvoir appliquer un loyer rentable, tout en proposant à ses locataires le cadre de vie paisible auxquels de plus en plus de ménages aspirent !

Les taux du crédit immobilier ne connaissent pas la crise

Selon les données de la Banque de France, le crédit immobilier a progressé de +4,6 % en novembre 2020 par rapport à l’année précédente, porté par des taux toujours très bas. De son côté, la renégociation de crédit a connu un bond de +16,4 %. La production a toutefois chuté de 16,5% sur l’année 2020, fortement impactée par le premier confinement qui avait mis le secteur à l’arrêt au printemps.

16 Fév 2021

Ils nous ont fait confiance