La hausse des taux immobiliers se poursuit en décembre 2022

Sans surprise, l’année 2022 se clôture sur une nouvelle hausse des taux. Après avoir connu des taux très bas autour de 1 % en début d’année, les barèmes se situent en ce mois de décembre autour de 2,40 % sur 20 ans. En dépit de cette progression qui pèse sur la capacité d’emprunt des emprunteurs, l’accès au crédit reste possible. Certains établissements bancaires continuent en effet de soutenir le marché.

Vers un taux d’emprunt à 3 %

En décembre, les taux ne sont toujours pas stabilisés et la tendance haussière, amorcée depuis début 2022, perdure. Les banques ont rehaussé leurs barèmes sur l’ensemble des durées, alors que le taux d’usure reste inchangé jusqu’au 31 décembre.    

Ainsi, voici en détail l’évolution des taux moyens en ce mois de décembre :   

  • sur 7 ans, le taux moyen grimpe de 0,15 point pour atteindre 2,10 % ;
  • sur 10 ans, le taux moyen s’élève à 2,15 % ;
  • sur 15 ans, le taux du marché augmente de 15 centimes pour s’établir à 2,25 % ;
  • sur 20 ans, le taux moyen du marché passe à 2,40 % (+15 centimes) ;
  • sur 25 ans, le taux moyen passe de 2,40 % à 2,55 % soit 15 centimes de hausse.

Toutes les durées enregistrent la même hausse de 15 centimes pour les taux de crédit immobilier moyen. En ce qui concerne les meilleurs taux, ils suivent également la même courbe avec des hausses observées entre 5 et 40 centimes. L’augmentation la plus significative concerne le meilleur taux sur 7 ans qui s’affichent désormais à 1,75 %. Quant au taux mini sur 20 ans, il s’établit aujourd’hui à 1,85 % (+0,10 point).

Une dégradation des conditions d’accès au crédit

Le contexte économique et la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne (BCE) pour lutter contre l’inflation obligent les banques à ajuster leurs barèmes. En effet, entre la forte progression des Obligations assimilables du Trésor (OAT) à 10 ans et la hausse du taux de refinancement de la BCE, le coût du crédit est devenu plus onéreux. Toutefois, même si les banques actualisent pour la plupart les taux d’intérêt afin de compenser ce renchérissement, ce n’est pas le cas de toutes. Dans la pratique, certains établissements restent ouverts au financement et acceptent en effet de rogner sur leurs marges. Ils préfèrent soutenir le marché du crédit et accorder des taux favorables aux emprunteurs, selon le profil. L’évolution des taux reste d’ailleurs contrainte par le taux d’usure, plafond maximal au-delà duquel les banques ne peuvent prêter. Pour rappel, les banques ne sont pas autorisées à accorder de prêt si le taux est usuraire (TAEG incluant les frais liés au crédit). Depuis octobre 2022, le taux d’usure mis en place jusqu’à la fin de l’année s’établit à 3,05 % pour les crédits de plus de 20 ans.

Négocier un emprunt à des conditions avantageuses

La dynamique haussière pourrait se poursuivre. Le gouverneur de la Banque de France avait d’ailleurs rassuré les consommateurs en soulignant qu’un taux de crédit immobilier autour de 2 à 3 % n’a jamais empêché l’immobilier de se financer. Si un tel taux n’a rien d’inhabituel, on ne peut pas en dire autant de son évolution. En un an, le taux moyen sur 20 ans est passé de 1 % en décembre 2021 à 2,40 %. L’accès au crédit devrait néanmoins être facilité à partir du 1er janvier 2023. Cette date marque la prochaine réévaluation du taux d’usure par la banque de France qui devrait assouplir les conditions d’accès au crédit et offrir un nouvel appel d’air. Par ailleurs, le coût de l’argent devrait connaître une accalmie en 2023.

Pour mettre toutes les chances de son côté, il est donc fortement conseillé d’anticiper et de préparer un dossier de demande de crédit. Encore faut-il présenter un dossier emprunteur de qualité. Avec un courtier en crédit immobilier, le candidat à la propriété bénéficie d’un atout de taille pour construire un plan de financement optimisé pour négocier un taux attractif. Une solution qui devient aujourd’hui incontournable pour obtenir un crédit au meilleur coût.

13 Déc 2022

Ils nous ont fait confiance