Investissement locatif : quel bien pour cibler les milléniaux ?

Bientôt un Super-Pinel pour remplacer le dispositif actuel

Une récente étude SeLoger s’est penchée sur les attentes des milléniaux en matière d’habitat. Une mine d’informations pour les propriétaires-bailleurs désireux de mieux comprendre l’état d’esprit des nouveaux entrants sur le marché de l’immobilier. Alors, que recherche la génération Y quand il s’agit de se loger ?

Le deux pièces meublé : n°1 des locations

Le 2 pièces est le type de bien le plus recherché par les jeunes âgés de 24 à 39 ans selon les données SeLoger. Doté d’une superficie moyenne de 42 m², le T2 affiche en France un loyer moyen de 655€ charges comprises. Pour près d’un locataire sur quatre appartenant à la génération Y, le 2 pièces est loué meublé. En somme, pour un investissement locatif réussi, notamment au sein d’une métropole à forte teneur étudiante, mieux vaut se tourner vers la location meublée, d’autant qu’un 2 pièces donne le plus souvent accès au statut LMNP (location meublée non professionnelle) et à son abattement forfaitaire de 50% sur les recettes locatives !

Superficie : un choix par défaut

De fortes disparités se font ressentir en matière de rapport loyer / superficie, suivant les villes de l’Hexagone. Pour un loyer de 1 000€, un jeune couple pourra en effet s’offrir un 33 m² à Paris, contre 120 m² à Saint-Étienne. Aussi, en tant qu’investisseur, la question n’est pas tellement de savoir quel bien cibler pour séduire les milléniaux, mais plutôt quel budget. Les finances des jeunes plafonnent aux alentours de 820€ pour une location, selon Le Figaro. Cependant, les aides de l’État, comme les APL, peuvent aider les milléniaux à louer des logements au-dessus de leur budget initial. Dans le contexte de durcissement des conditions d’octroi du crédit immobilier, les primo-accédants sans apport personnel ont davantage de difficultés à obtenir un financement et sont amenés à rester sur le marché locatif, ce qui renforce la pertinence d’un investissement immobilier ciblant cette catégorie.

Un logement qui passe bien à l’écran

Baignés depuis leur plus jeune âge dans les nouvelles technologies de communication, les milléniaux sont capables de louer un logement sans l’avoir visité. Ils sont en effet 16% à affirmer être prêts à signer un bail de location sans visite préalable. Un propos à nuancer puisqu’il serait tout de même question de voir le bien via un écran. La visite virtuelle se démocratise à l’heure où le marché de l’immobilier doit faire face à la crise sanitaire. Pour séduire les « digital native », il est donc opportun de réaliser une vidéo vendeuse de son logement avec l’aide de son agence immobilière.

7 Déc 2020

Ils nous ont fait confiance