Crédit immobilier : Quid du report d’échéances?

Chacun sait que lorsque l’on contracte un crédit immobilier, on s’engage sur 15, 20 voire 25 ans. Ce sont des périodes longues et on n’a pas toujours la visibilité suffisante pour être certain de ne pas rencontrer de difficultés de remboursement à un moment ou à un autre…

C’est la raison pour laquelle, l’emprunteur a toujours la possibilité de demander un report d’échéances.

Le report d’échéances signifie de fait la suspension du remboursement d’un prêt pour une durée pouvant aller d un à plusieurs mois. Pour autant, cette possibilité de report d’échéances doit être stipulée dans le contrat pour être activée.

Cette procédure avant d’être engagée doit être précédée d’une évaluation précise des difficultés financières rencontrées, afin de pouvoir estimer précisément le nombre de mensualités de remboursement à reporter.

Deux possibilités de report sont envisageables : le partiel ou le total.

En ce qui concerne le report partiel, l’emprunteur, pendant une période définie préalablement, remboursera uniquement les intérêts et les assurances. Le report ne concernera que la partie « capital ». Le coût de ce report correspondra précisément au nombre et au montant des échéances reportées.

Si l’emprunteur opte pour un report total, il ne paiera, durant toute la durée demandée de suspension de remboursement, ni capital, ni intérêts, ni éventuellement assurances. Les intérêts viendront s’ajouter au capital restant dû en fin de contrat.

Dans le cas du report total, le nombre de mois d’allongement du prêt ne dépend pas de celui de mois de suspension. Cet allongement de durée dépend en fait de la durée de l’emprunt, du taux d’intérêt et de la période où le report est signé. Ainsi, plus la durée de la suspension est importante, plus cela coûtera cher à l’emprunteur. En général, le report total d’échéances n’est à utiliser qu’en cas de très sérieuses difficultés financières… Car son coût est très élevé.

4 Fév 2015

Ils nous ont fait confiance