Baisse des taux et hausse des prix : quel pouvoir d’achat immobilier en 2018 ?

Observateur attentif du marché de l’immobilier en France depuis 2008, le site MeilleursAgents, leader de l’estimation immobilière en ligne publie chaque mois son baromètre de prix. Celui de février indique une tendance globalement haussière et s’interroge sur le pouvoir d’achat immobilier 2018.

Tendance à la hausse

« Depuis deux ans, rapporte Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com, le marché immobilier a été maintenu dans une dynamique de demande dopée par des taux bas, entraînant les volumes de ventes vers son record historique (presque 1 million de ventes dans l’ancien en 2017) et poussant les prix toujours plus haut dans les grandes villes ».
Force est de constater que les prix évoluent de manière contrastée en fonction des dynamiques locales, plutôt à la hausse dans les grandes villes et en légère baisse dans des zones plus rurales.

A Paris, aucun changement, la hausse des prix se poursuit sans discontinuer. La capitale affiche une progression de 5 % sur un an glissant. Les prix moyens ont en effet augmenté de +0,6% en février, surtout pour les petites surfaces (studios et deux-pièces) : +1,2%.
En province, les dix plus grandes villes voient leurs prix augmenter de +0,3% en moyenne avec Montpellier (+0,7%) et Nantes (+0,5%). Strasbourg (+1,0%) arrive en tête mais cette hausse intervient après une année remarquablement stable avec une variation de seulement 0,8 % sur douze mois glissants.
Pour la première fois depuis 18 mois, les prix à Bordeaux n’ont pas progressé et sont restés parfaitement stables. Une nouveauté (pérenne ou non, l’avenir le dira) pour la capitale bordelaise qui a vu ses prix augmenter de +12.9% sur les douze derniers mois.

Pouvoir d’achat immobilier stable

Malgré l’inflation des prix au m², le niveau actuel des taux d’emprunt a longtemps protégé et même renforcé le pouvoir d’achat immobilier des Français, jusqu’à aujourd’hui en tout cas. En 2018, Sébastien de Lafond mise « sur des taux d’intérêt stables (inférieurs à 2% sur 20 ans) pendant au moins le premier semestre, en attendant d’une part que les banques soient moins agressives commercialement et d’autre part que les effets de l’évolution de la politique de la BCE fassent pleinement effet.». Entre cette stabilité des taux et une hausse modérée des prix durant les six premiers mois de l’année, « le pouvoir d’achat immobilier des Français ne va pas progresser, voire même légèrement se dégrader. ». Et pour le second trimestre ? « Les taux moyens pourraient dépasser 2% (hors assurance) sur 20 ans » prédit Sébastien de Lafond.

9 Mar 2018

Ils nous ont fait confiance